Accéder au contenu principal

Des religieuses cultivent la terre à Kikwit


Neuf religieuses et un religieux s'adonnent, à Kikwit, dans la province du Bandundu, à l'agriculture et à l'élevage. Ils sont tous d'anciens étudiants de l'Institut Supérieur Agro-Vétérinaire (ISAV) tenu par les jésuites à Kimwenza, près de Kinshasa. Leur travail relève de la prise de conscience de plus en plus développée dans l'Eglise de la RDC pour l'autofinancement, la prise en charge matérielle de l'Eglise par elle-même.

Autour du village Kikoti, dans la paroisse du Sacré-Coeur, sur la rive droite de la rivière Kwilu, de vastes terrains ont été acquis par des congrégations religieuses pour l'agriculture et l'élevage. Les anciens étudiants de l'ISAV vendent ainsi des poulets, des oeufs, de la viande, des légumes, du manioc, du maïs, etc.


Soeur Annie Ikwala, de la congrégation de la Divine Providence de Créhen, explique qu'il s'agit avant tout de nourrir les communautés des religieuses elles-mêmes : les trois communautés de la ville de Kikwit, et parfois celles de Kahemba voire de Mawanga (diocèse de Popokabaka). La religieuse ajoute que toutes les soeurs de la Divine Providence apprennent ou reapprennent, dès le noviciat, la valeur du travail manuel, la valeur du travail des champs, que toute femme congolaise apprend dès le jeune âge mais que beaucoup désapprennent plus tard dans la vie.


L'engagement des religieuses dans l'agriculture et l'élevage rapproche ainsi la religieuse de la femme paysanne en particulier, explique, pour sa part, soeur Laure Kisengi, de la congrégation des Soeurs Salésiennes de la Visitation. La spiritualité de sa congrégation destine, en outre, la religieuse à travailler pour éveiller la foi. Laure Kisengi estime, justement, qu'en travaillant aux champs avec les femmes et les paysans, la religieuse démontre que cultiver la terre n'est pas une punition mais que le travail humain est plutôt un lieu de sanctification, selon
la volonté du créateur.


Soeur Claudine Matondo, de la Providence de Champion, elle aussi ancienne étudiante de l'ISAV de Kimwenza, tire la conclusion selon laquelle l'Eglise, par le travail de l'élevage et l'agriculture accompli par les religieuses de Kiwit, contribue u développement intégral de l'homme congolais et donc ausi à son évangélisation.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Des églises en construction dans les diocèses de Tshumbe et de Mahagi-Nioka

Sept nouvelles églises paroissiales sont en construction dans le diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. L’évêque de Tshumbe, Mgr Nicolas Djomo, annonce la nouvelle en saluant l’effort fourni par le peuple de Dieu et particulièrement par des prêtres qui mettent à contribution des amis et bienfaiteurs. L’église saint Louis de Wembonyama est en phase de finition. Le presbytère suivra bientôt. Suivront aussi les églises paroissiales de Wembe St Pierre et Songo St Jean à Tshumbe, puis St Mathieu à Lodja Cité et la dernière à l’Université Notre-Dame de Tshumbe.