Accéder au contenu principal

Les sœurs Filles de Jésus consolident leur présence à Basankusu



Les sœurs Filles de Jésus consolident leur présence dans le diocèse de Basankusu, dans la province de l’Equateur. L’ancienne supérieure provinciale d’Afrique entre 1991 et 1997, sœur Colette Girot, est arrivée récemment à Bokakata, à quarante-cinq kilomètres de Basankusu, pour faire équipe avec deux autres consoeurs missionnaires.

De nationalité française, sœur Colette Girot vient du Tchad. Elle y a été notamment secrétaire de l’évêque du diocèse de Laï, membre de la commission diocésaine de la pastorale des communautés, secrétaire du comité des religieuses et directrice diocésaine des établissements scolaires catholiques.


Au diocèse de Basankusu, les premières Sœurs Filles de Jésus sont arrivées en 1979. Elles ont œuvré à Befale, Kodoro, Abunakombo et Bolomba. La guerre va les obliger à quitter le diocèse et le pays en 1999. C’est en 2004 que les Filles de Jésus sont revenues. Elles ont alors rouvert la communauté de la paroisse saint Joseph de Bokakata.

Les religieuses ont même recruté de jeunes congolaises. Sœur Marie Bontole Bonsomi a ainsi prononcé ses vœux perpétuels le dimanche 14 août 2011 dans l’église paroissiale saint Joseph à Bokakata.
Sœur Marie Bontole, originaire de Bokakata, a fait le postulat et le noviciat à Bini-dang, au diocèse de Ngaoundere au Cameroun.

Les sœurs Filles de Jésus ont pour charisme d’honorer l’humanité sainte du Fils de Dieu. Au diocèse de Basankusu, elles enseignent à l’école secondaire catholique locale, et elles accueillent les malades. La maison de Bokakata est aussi une maison de formation pour les aspirantes.
La congrégation est née en Bretagne en France en 1834 pour alphabétiser les pauvres. En Afrique, les religieuses sont présentes au Tchad, au Cameroun et en RD Congo. La congrégation appelée à l’origine la congrégation des sœurs Filles de Jésus de Kermaria a fait fusion récemment avec les sœurs Filles de Jésus de Vaylas dans le sud de la France.

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.