Accéder au contenu principal

Présentation du livre "Philosophie africaine, philosophie de la communication" et conférence de Kä Mana sur les nouvelles théologies africaines







Le vendredi 24 février 2012, il pleut à Kinshasa, mais l'Institut Saint Eugène de Mazenod organise une double séance prévue pour l'après-midi : la présentation du livre Philosophie africaine, philosophie de la communication de Jean-Baptiste Malenge et une conférence-débat animée par Kä Mana.







La modératrice, soeur Josée Ngalula, a donné le la à 14H30 comme prévu.














Le supérieur de la communauté du scolasticat saint Eugène de Mazenod, le père Paul Manesa,  a prononcé la prière de bénédiction sur le nouvel ouvrage, suggérant clairement la recherche de la vérité.











Et le secrétaire académique de l'Institut Saint Eugène de Mazenod, le père Didier Mupaya, s'est fait l'interprète du professeur Célestin Dimandja, de l'Université Catholique du Congo. Il a lu sa "présentation" du livre recommandant "cette nouvelle pensée" de la philosophie africaine.









Le recteur de l'Institut, le père Baudouin Mubesala, a prêté sa voix au professeur abbé Théodore Mudiji. L'extrait de la Préface qu'il a lu insiste sur la "polyvalence" qui place l'auteur au carrefour de plusieurs sciences.















L'auteur lui-même est monté au podium pour lire un extrait des pages qu'il a consacrées à la pensée du philosophe-théologien Kä Mana.













Le pasteur  Kä Mana a parlé de l'abondance du coeur. En 1994, il est intervenu dans la même salle "Oser grand" lors du colloque sur "les nouveaux appels de la mission". Aujourd'hui, il fait le bilan de la pensée théologique africaine. Il relève de nouvelles théologies. Parmi elles : la théologie de l'inventivité, prônée par l'abbé Léonard Santedi, par ailleurs professeur à l'Institut Saint Eugène de Maenod.

Mais séance tenante, Kä Mana aura découvert une autre théologie : la théologie de la communication. Pour lui, le livre de Jean-Baptiste Malenge sur la philosophie de la communication est aussi un livre de théologie fondamentale.







Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.