Accéder au contenu principal

Présentation du livre "Philosophie africaine, philosophie de la communication" et conférence de Kä Mana sur les nouvelles théologies africaines







Le vendredi 24 février 2012, il pleut à Kinshasa, mais l'Institut Saint Eugène de Mazenod organise une double séance prévue pour l'après-midi : la présentation du livre Philosophie africaine, philosophie de la communication de Jean-Baptiste Malenge et une conférence-débat animée par Kä Mana.







La modératrice, soeur Josée Ngalula, a donné le la à 14H30 comme prévu.














Le supérieur de la communauté du scolasticat saint Eugène de Mazenod, le père Paul Manesa,  a prononcé la prière de bénédiction sur le nouvel ouvrage, suggérant clairement la recherche de la vérité.











Et le secrétaire académique de l'Institut Saint Eugène de Mazenod, le père Didier Mupaya, s'est fait l'interprète du professeur Célestin Dimandja, de l'Université Catholique du Congo. Il a lu sa "présentation" du livre recommandant "cette nouvelle pensée" de la philosophie africaine.









Le recteur de l'Institut, le père Baudouin Mubesala, a prêté sa voix au professeur abbé Théodore Mudiji. L'extrait de la Préface qu'il a lu insiste sur la "polyvalence" qui place l'auteur au carrefour de plusieurs sciences.















L'auteur lui-même est monté au podium pour lire un extrait des pages qu'il a consacrées à la pensée du philosophe-théologien Kä Mana.













Le pasteur  Kä Mana a parlé de l'abondance du coeur. En 1994, il est intervenu dans la même salle "Oser grand" lors du colloque sur "les nouveaux appels de la mission". Aujourd'hui, il fait le bilan de la pensée théologique africaine. Il relève de nouvelles théologies. Parmi elles : la théologie de l'inventivité, prônée par l'abbé Léonard Santedi, par ailleurs professeur à l'Institut Saint Eugène de Maenod.

Mais séance tenante, Kä Mana aura découvert une autre théologie : la théologie de la communication. Pour lui, le livre de Jean-Baptiste Malenge sur la philosophie de la communication est aussi un livre de théologie fondamentale.







Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.