Accéder au contenu principal

Nouvelle chapelle des carmélites à Kinshasa

Que les soeurs carmélites apprennent aux Congolais l'amour du silence. L'archevêque de Kinshasa l'a exprimé ainsi, en la fête de saint Joseph, le lundi 19 mars, à l'homélie de la messe qu'il a présidée pour la bénédiction de la nouvelle chapelle du monastère glorieux saint Joseph de la Bienheureuse Vierge Marie du quartier Jamaïque de Kinshasa-Kintambo.
Le carmel est situé dans ce quartier depuis 1982. Pour préserver le silence et la prière, les religieuses avaient quitté l’endroit situé aujourd’hui à un carrefour et devenu le centre catholique lassalien de Kinshasa-Kintambo.

 Le cardinal Laurent Monsengwo a prononcé son homélie comme une méditation autour de la figure de saint Joseph. Puisque les carmélites ont pour vocation de passer leur vie dans la prière et le silence et que saint Joseph est le patron de leur monastère de Kinshasa,le cardinal Laurent Monsengwo a choisi de méditer sur Joseph comme celui qui a gardé le silence à l'écoute du Seigneur.




 La nouvelle chapelle des carmélites offrira à qui veut un lieu de prière, de silence. Le peuple kinois vit dans le bruit. L'archevêque de Kinshasa l'a relevé en attirant l'attention sur le fait que le manque de silence empêche d'écouter l'autre et d'écouter le Seigneur.


Que les carmélites apprennent donc au peuple congolais l'amour du silence propice à faire découvrir Dieu, à accueillir le salut et à vivre la charité envers le prochain. Pendant cette eucharistie concélébrée par l'un des évêques auxiliaires de Kinshasa, Mgr Edouard Kisonga, et une vingtaine de prêtres, l'archevêque de Kinshasa a oint l'autel et les murs de la chapelle. Il a ensuite béni des flammes de lumières et encensé le nouvel autel.

En début de l'eucharistie, il a aspergé d'eau bénite toute la chapelle et l'assemblée constituée de la quinzaine des soeurs carmélites, d'autres religieuses et religieux du quartier de Kintambo, des associés laïcs de la famille carmélitaine et de nombreux fidèles qui participent régulièrement aux messes des dimanches dans la chapelle du carmel.






Après la communion, le cardinal Monsengwo a béni le tabernacle. L'assemblée l'a suivi en se mettant à genoux et s'est recueilli pendant un bon moment de vénération du saint sacrement.


C'est après ce moment que la Mère prieure du monastère, soeur Rosalie, a remercié l'archevêque et les autres participants à l'eucharistie, notamment la chorale constitué des grands séminaristes du philosophat saint André Kaggwa. Le séminaire est voisin du carmel.



A noter qu'au tout début de la cérémonie, le vice-provincial des pères carmes, le père Roger Tshimanga, a remis les clés de la capelle à Mère Rosalie Mbalayi, qui a ouvert la chapelle devant l'archevêque et l'assemblée pour la procession d'entrée. Le père Tshimanga venait de prononcer une allocution relatant l'historique de la construction de la nouvelle chapelle et décrivant sa forme.
"L'architecture interne mérite votre attention. La chapelle du Carmel se veut avant tout un lieu de prière, qui nous introduit dans la spiritualité du Carmel selon l'esprit de notre Mère Thérèse de Jésus. La base de la cruche est cette porte d'entrée dont l'accès vous met devant un tableau d'ensemble de l'intérieur de la chapelle. La décoration sur le ventre de la cruche est une clôture monastique qui est un suymbolisme du choix que nos mères font : une invitation à entrer au désert, lieu de la rencontre avec Dieu et une décision ferme de rompre avec le monde".












Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.