Accéder au contenu principal

Clôture de la seizième Assemblée plénière du SCEAM

cloud.com%2Ftracks%2F101157204" width="100%">

ass="MsoNormal">
La seizième Assemblée plénière du Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar, le SCEAM, s’est clôturée le dimanche 14 juillet à Kinshasa. 66 cardinaux, archevêques et évêques et 214 prêtres ont concélébré lors d’une messe dans le Stade des martyrs de la Pentecôte. L’archevêque de Lubango, en Angola, Mgr Gabriel Mbilingi, a présidé cette messe.
Le samedi 13 juillet, il a été élu nouveau président du Sceam, pour succéder au cardinal Polycarpe Pengo, archevêque de Dar-es-Salaam en Tanzanie. Mgr Mbilingi a dit la messe en français.


Le nouveau premier vice-président du Sceam, Mgr Louis Portella-Mbuyu, évêque de Kinkala, au Congo-Brazzaville, a prononcé l’homélie de la messe. L’évangile du jour présentait la figure du bon samaritain. Et l’Afrique a besoin de bons samaritains, a dit Mgr Portella-Mbuyu.

A noter que le deuxième vice-président du Sceam, élu aussi le samedi 13 juillet à Kinshasa pour un premier mandat de trois ans, est Mgr Gabriel Anokye, archevêque de Kumasi au Ghana. Le nouveau Secrétaire général sera le père Joseph Komakoma de Zambie et le premier Secrétaire général adjoint, l’abbé Samuel de Jesus Paquete d’Angola. 



Message du SCEAM
A l’issue de la seizième Assemblée plénière du SCEAM tenue à Kinshasa du 8 au 15 juillet, les évêques d’Afrique ont adressé au peuple de Dieu et aux hommes de bonne volonté un message relevant du thème central de leurs travaux sur « L’Eglise Famille de Dieu en Afrique au service de la réconciliation, la paix et la justice ». Lors de la messe de clôture dans le Stade des martyrs, le dimanche 14 juillet, le premier vice-président du SCEAM, Mgr Louis-Portella-Mbuyu, évêque de Kinkala, au Congo-Brazzaville, a donné lecture du Message. 

Dans leur  Message, les cardinaux, archevêques et évêques d’Afrique et Madagascar prennent des résolutions et font des recommandations. Ils réaffirment ainsi la dignité du mariage chrétien et de la famille fondés sur les valeurs évangéliques capables de promouvoir la justice et la paix. 

Appel du Sceam pour la paix en RDC

La seizième Assemblée plénière du SCEAM tenue à Kinshasa en RDC du 8 au 15 juillet a lancé un appel pour la paix en RDC. L’appel est signé par le tout nouveau président du SCEAM, Mgr Gabriel Mbilingi, archevêque de Lubango en Angola. Lors de la messe de clôture dans le Stade des martyrs de Kinshasa, le dimanche 14 juillet, le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Léonard Santedi, a donné lecture de cet appel du SCEAM.




Remerciement par le cardinal Monsengwo pour la rencontre du SCEAM à Kinshasa
C’est par la voix de l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo, que l’Eglise de la RDC a remercié les participants à la seizième Assemblée plénière du Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar, le SCEAM. C’était lors de la messe de clôture, le dimanche 14 juillet, dans le Stade des martyrs de Kinshasa.


Le cardinal Monsengwo a aussi remercié les autorités politiques du pays qui ont contribué à l’organisation des assises de l’Eglise d’Afrique.



Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.