Accéder au contenu principal

Ouverture de la seizième Assemblée plénière du SCEAM


La seizième Assemblée plénière du Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et Madagascar, le SCEAM, s’est ouverte le mardi 9 juillet au Fleuve Congo Hôtel de Kinshasa. Six cardinaux, des archevêques et évêques délégués des conférences épiscopales nationales et régionales participent aux travaux.


Dans le discours d’ouverture, le cardinal Polycarpe Pengo, archevêque de Dar-es-Salaam en Tanzanie et président du Sceam, a rappelé les origines de l’organisation épiscopale continentale née en juillet 1969 à Kampala en Ouganda. Il a relevé le même souci de l’Eglise d’Afrique d’apporter au continent l’évangile du salut en Jésus-Christ. Aujourd’hui, a-t-il expliqué, le message de la justice, la paix et la réconciliation s’est avéré urgent pour l’Afrique et les îles adjacentes ainsi que l’ont souligné, d’ailleurs, les derniers Synodes des évêques pour l’Afrique et sur la nouvelle évangélisation.

La première journée de l’Assemblée du Sceam à Kinshasa a commencé par la messe d’ouverture concélébrée par les évêques et des dizaines de prêtres dans l’église paroissiale du Sacré-Cœur de Kinshasa-Gombe. Le cardinal Adrien Sarr, archevêque de Dakar au Sénégal et vice-président du Sceam, a présidé cette messe. A l’homélie, il a déclaré que les pasteurs d’Afrique poursuivent la même mission de Jésus-Christ pour délivrer, guérir l’Afrique de la misère, de l’ignorance, spirituelle, notamment.
Parmi les autres allocutions et déclarations entendues en ce premier jour, on notera celle du ministre de l’Intérieur de la RDC, Richard Muyej, représentant personnel du chef de l’Etat Joseph Kabila. Souhaitant la bienvenue aux participants, il s’est félicité de constater que l’Eglise catholique d’Afrique se préoccupe de la réconciliation, la justice et la paix et rejoint ainsi l’Etat congolais confronté à une guerre d’agression dans l’est du pays et recherchant la cohésion nationale.



Dans son mot de bienvenue, le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo, Mgr Nicolas Djomo, évêque de Tshumbe, avait aussi rappelé que l’Eglise d’Afrique avait surtout à offrir au peuple de Dieu les dons de la foi et la paix bien plus que l’or et l’argent.

Mgr Djomo a cité le Saint-Père François et son prédécesseur Benoît XVI dans son exhortation post-synodale Africae munus. Le nonce apostolique en RDC, Mgr Adolfo Tito Yllana, l’a repris à son compte et dans la lecture du message adressé au SCEAM par le cardinal Filoni, préfet de la Congrégation pontificale pour l’évangélisation des peuples.

Des délégués des Conférences épiscopales continentales d’Europe, des USA et de l’Irlande ont appuyé à leur manière sur le même besoin de coopération de tous pour la paix en Afrique. Les représentants des organismes d’aide Missio, Misereor et CRS ont redit leur disponibilité dans cette coopération. Un représentant des laïcs d’Afrique a endossé l’engagement des laïcs africains invités par l’Eglise pour la promotion de la justice et de la paix sur le continent dans les structures sociales et la vie de tous les jours.


La justice, la paix et la réconciliation ont été aussi chantées par deux groupes d’artistes agrémentant les pauses de la séance d’ouverture. Les travaux se poursuivent à huis clos. Le peuple de Dieu est invité à la messe de clôture dans le Stade des Martyrs de la Pentecôte le dimanche prochain. 

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.