Accéder au contenu principal

Coopératrices Oblates Missionnaires de l'Immaculée (C.O.M.I.) : premier engagement définitif en Afrique

La toute première Congolaise et Africaine membre de l’Institut Séculier des Coopératrices Oblates Missionnaires de l’Immaculée, Joséphine Kikata, a émis ses vœux perpétuels de chasteté, pauvreté et obéissance dans l’église saint Eloi de Kinshasa-Barumbu le dimanche 4 août, entre les mains de Giovanna Clemente, déléguée en RDC de la présidente de l’Institut.

C’était au cours de la messe présidée par le supérieur provincial des missionnaires oblats de Marie Immaculée, le père Abel Nsolo. A l’homélie, il a rappelé la variété des formes de vie consacrée qui comprend aussi les instituts séculiers. Les membres ne sont pas des religieuses vivant au couvent mais des personnes vivant leur consécration dans le monde, dans la réalité sociale, politique, économique, etc. visant à changer le monde de l’intérieur. Joséphine Kikata est ainsi gérante du centre de santé Siloé dans la commune de Bumbu à Kinshasa.

Le père Nsolo a présenté l’idéal de l’institut séculier des Coopératrices Oblates Missionnaires de l’Immaculée fondé en 1951 à Florence en Italie par le père oblat de Marie Immaculée Gaetano Liuzzo. L’Institut établi en RDC depuis 1997 rassemble des femmes qui entendent vivre le charisme de saint Eugène de Mazenod, fondateur des Missionnaires oblats de Marie Immaculée. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.