Accéder au contenu principal

Diocèse de Lisala : Centenaire de la cathédrale saint Hermès


Au diocèse de Lisala, dans la province de l’Equateur, l’Année de la foi va se clôturer avec l’entrée dans l’année de la célébration du premier centenaire de la paroisse saint Hermès. L’évêque de Lisala, Mgr Louis Nkinga Bondala, l’a proclamé lors de la messe présidée le dimanche 13 octobre dans la cathédrale saint Hermès, justement. La paroisse a été fondée officiellement le 22 août 1914 par les missionnaires de Scheut, les Belges Adrien Nefkens et Edouard Polle. La paroisse appartenait alors au vicariat apostolique du Congo érigé par Mgr Camille Van Ronslie.


A l’occasion de la messe d’ouverture du centenaire, Mgr Louis Nkinga a aussi ordonné deux nouveaux prêtres diocésains, messieurs les abbés Jean Alema et Bienvenu Ngbesu.  L’évêque de Lisala a ordonné précédemment un autre prêtre de la même promotion, monsieur l’abbé Trésor Tebandime. C’était le dimanche 6 octobre, dans l’église paroissiale saint André de Bumba. 

L’ordination sacerdotale est l’un des fruits de l’évangélisation, selon l’évêque de Lisala. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.