Accéder au contenu principal

Le chant liturgique à l’honneur dans l’Eglise d’Idiofa



Le chant liturgique à l’honneur dans l’Eglise d’Idiofa. L’évêque d’Idiofa, dans la province du Bandundu, Mgr Joseph Moko, a rendu hommage à un compositeur de chants liturgiques, monsieur l’abbé Innocent Lufwael Aleteya. Le prêtre est décédé à Kinshasa à 72 ans le 1er octobre dernier. L’évêque lui a rendu hommage lors de la messe des funérailles dans l’église Notre-Dame d’Afrique de Kinshasa-Lemba, le samedi 5 octobre.

L’abbé Théodore Mudiji, ancien condisciple du défunt au petit séminaire de Laba, a rappelé le talent de l’abbé Lufwael. C’est comme si le Seigneur lui avait donné aussi les talents de ceux qui étaient incapables de les fructifier. Et Lufwael les a bien fructifiés par de nombreuses compositions et par l’effort d’appliquer, au diocèse d’Idiofa, et dans la langue liturgique kikongo, ce qui s’appelait le « rite zaïrois », autrement dit les efforts d’inculturation de la messe.
Le président de l’Association des Anciens Elèves du petit séminaire de Laba, Jacques Odio, a rappelé que l’abbé Innocent Lufwael était, avec les abbés Barthélémy Binia et Jean Yakime, l’un des trois prêtres qui ont révolutionné la liturgie à Idiofa dans les années 70 et la mélodie et le texte de leurs chants ont consolé beaucoup et affermi la foi de beaucoup au diocèse d’Idiofa et ailleurs. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.