Accéder au contenu principal

Les Eglises catholique et anglicane lancent une campagne pour la paix dans les grands lacs



Les Eglises catholique et anglicane du Burundi, du Rwanda et de la RDC se félicitent des efforts qui viennent d'aboutir à une réelle évolution vers la paix dans l'est de la RDC. Mgr Fridolin Ambongo, évêque de Bokungu-Ikela en RDC et président de la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale nationale du Congo et de l'Association des Conférences épiscopales d'Afrique Centrale (Rwanda, Burundi, RDC), l'a affirmé au cours d'un point de presse tenu le mercredi 6 novembre au Centre interdiocésain de Kinshasa.




Mgr Ambongo a tenu à préciser que pour les Eglises catholique et anglicane, "une paix obtenue au bout du canon ou des tractations diplomatiques n'est pas suffisante". C'est pourquoi les Eglises organisent une "campagne oecuménique pour la réconciliation, la justice et la paix dans la région des Grands lacs" afin d'obtenir la seule véritable paix, celle des coeurs. "Il faut un processus de guérison et de pacification des coeurs blessés en vue de l'émergence d'une véritable culture de paix qui favorise le respect des droits humains et des devoirs de chaque membre de la communauté".

Les deux Eglises pourront être suivies par les autres Eglises et communautés de la région pour cette campagne qui s'étendra du 1er décembre 2013 au 1er décembre 2014. Elle s'inaugurera et se clôturera dans la ville congolaise de Goma, dans la province du Sud-Kivu.



Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.