Accéder au contenu principal

Session de formation à la communication pour des Sœurs canossiennes


Qu’est-ce que j’ai le droit de savoir et de faire savoir concernant la vie privée d’autrui ? La question a été examinée le mercredi 12 juin par une dizaine de sœurs Canossiennes Filles de la charité. Les religieuses, qui se préparent aux vœux perpétuels, ont participé, du 11 au 13 juin, à une session de formation à la culture médiatique. La session s’est tenue au noviciat des Filles de la charité-Canossiennes Servantes des pauvres de Kinshasa-Mont-Ngafula.
L’animateur de la session a été le père Jean-Baptiste Malenge, membre de l’équipe internationale des formateurs du Centre de Recherche et d’Education en Communication (CREC) basé à Lyon (France). L’animateur a attiré l’attention des religieuses sur les avantages des moyens de communication sociale pour la prière, la vie en communauté et la pratique des vœux de chasteté, pauvreté et obéissance.


















Les religieuses ont été invitées à changer de mentalité pour suivre l’Eglise depuis le Concile Vatican II. L’Eglise considère les médias comme des dons merveilleux de Dieu à l’humanité pour vivre la communion et la communauté. L’Eglise demande d’évangéliser la culture médiatique, d’y apporter la lumière des valeurs et des vertus pour dissiper les inconvénients dus à l’erreur, à la faiblesse humaine et au mauvais usage par des personnes au cœur mauvais.

Par des exercices, les sœurs canossiennes ont appris combien communiquer est difficile. Elles ont appris à mieux utiliser un appareil de photographie. Elles ont appris les avantages de l’internet et des réseaux sociaux, et elles ont suivi un commentaire du Message du Saint-Père François pour la 48ème Journée mondiale des communications sociales sur le thème : « La communication au service d’une authentique culture de la rencontre. » La Journée sera célébrée en RDC le dimanche 6 juillet prochain.









Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.