Accéder au contenu principal

Missionnaires des Sacrés-cœurs et vie fraternelle

Comment prendre soin plus tard des confrères et des consœurs âgés et malades ? Trente-deux membres des deux Congrégations sœurs, masculine et féminine, des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie et de l’adoration perpétuelle du Très Saint Sacrement de l’autel se sont posé la question le 21 juillet, dès l’entrée de leur Assemblée annuelle tenue jusqu’au 23 juillet dans la Communauté du postulat Père Coudrin de Kinshasa-Kingasani.
Ils ont réfléchi sur le thème de la « fraternité comme mission ». L’animateur de la session, le père Jean-Baptiste Malenge, missionnaire oblat de Marie Immaculée, a lu avec eux des textes de leurs Constitutions et Statuts. Il a aussi commenté le document publié en 1994 par la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique sous le titre : « La vie fraternelle en communauté. »



Les missionnaires des sacrés-cœurs en RDC appartiennent à cinq pays différents : la RDC, le Mozambique, le Chili, l’Espagne et la Pologne. Leur vie en communauté internationale fraternelle est un défi pour le monde et pour l’Eglise. Ensemble, ils disent que la charité chrétienne est possible, que l’Eglise est réellement une famille. Dans un monde traversé par divers conflits d’identité, ils témoignent que les difficultés dues à la différence et à la diversité sont surmontables grâce à la foi en Dieu.


Et divers aspects de leur situation vécue, les missionnaires les ont reconnus dans le film « Des dieux et des hommes » racontant l’histoire des moines français assassinés en Algérie. En partageant sur le film, ils ont réaffirmé leur engagement dans la vie en commun comme lieu du dialogue, de la coresponsabilité et du respect mutuel.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.