Accéder au contenu principal

Basankusu : troisième chapitre général des Sœurs de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus


Le troisième chapitre général de l’histoire de la congrégation des Sœurs de sainte Thérèse de l’enfant Jésus de Basankusu s’est clôturé le 9 août au Centre spirituel diocésain Nganda Ebale ya bomoi à Bonkita, dans le diocèse de Basankusu, province de l’Equateur. Le père Thaddée Mabila, missionnaire oblat de Marie Immaculée a été le modérateur de ce chapitre général ouvert le 28 juillet et à l’issue duquel les religieuses ont renouvelé leur Conseil Général. La Sœur Marie-Madeleine Bokungu Ngoke a été réélue comme Supérieure Générale. Elle sera assistée de la Sœur Victorine Bofili comme Vicaire générale et de trois conseillères : Albertine Lilalanga, Monique Elia et Madeleine Boale.

Avant le Chapitre général, les Sœurs thérésiennes de Basankusu ont suivi leur retraite annuelle sous le thème : « appartenance à un institut religieux ». La retraite a été animée par monsieur l’abbé Antoine-Marie Mbuku, aumônier de la congrégation fondée en 1975 par Monseigneur Ignace Matondo sous le charisme : « Tous enfants du même père céleste ».

Les Sœurs de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Basankusu ont pour mission fondamentale la promotion de la femme sans négliger la formation et l’éducation de la jeunesse, et les soins aux malades ainsi qu’aux plus démunis. La congrégation compte actuellement 47 membres dont 28 de vœux perpétuels, avec 4 novices. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.