Accéder au contenu principal

Chapitre provincial des Sœurs Canossiennes Filles de la charité


Une vingtaine de Sœurs Canossiennes Filles de la charité sont réunies jusqu’au vendredi prochain 14 novembre dans la maison provinciale à Kinshasa-Mont Ngafula. Elles sont venues du Togo, d’Angola, de Sao Tomé et de la RDC, des pays qui forment la deuxième province d’Afrique, la province Sainte Joséphine Bakhita, du nom de leur sainte consoeur africaine.
Les religieuses participent depuis le 5 novembre aux travaux d’un chapitre provincial destiné à appliquer les décisions du seizième chapitre général tenu à Rome en avril et mai. « Contemple et fais selon le modèle de Jésus crucifié pour que le monde croie ». Tel était le thème du chapitre général, et tel, il doit s’appliquer en Afrique.



A la messe d’ouverture du chapitre provincial, les religieuses ont entendu le célébrant, le nonce apostolique, les inviter à être des témoins prophétiques joyeux dans le monde d’aujourd’hui. Mgr Adolfo Tito Yllana leur a rappelé qu’elles sont consacrées pour la mission. Il leur a rappelé aussi l’invitation du pape François à tous les consacrés à ranimer l’audace de la mission.

Et pendant qu’elles approfondissent leurs Constitutions et qu’elles adoptent point par point les nouveaux statuts de leur Province, les Canossiennes Filles de la charité ont suivi une session de formation sur la communication en vue de la communauté animée par le père oblat de Marie Immaculée Jean-Baptiste Malenge. Et un autre oblat de Marie, le père Baudouin Mubesala, les a introduites dans le thème de la « nouvelle évangélisation dans le contexte africain ». 




Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.