Accéder au contenu principal

Inauguration du siège officiel de Radio Maria/RDC



Que Radio Maria RDC soit une missionnaire de la joie, à l’exemple de sa patronne, la Vierge Marie qui sourit discrètement sur le logo de la radio. C’est le souhait du nonce apostolique, Mgr Adolfo Tito Yllana, dans l’homélie de la messe présidée le vendredi 31 octobre, dans l’église paroissiale saint François de Sales de Kinshasa-Kintambo pour la clôture du mois marial et pour l’inauguration du siège national de Radio Maria RDC. Le nonce apostolique a béni quelques heures auparavant les locaux de la radio situés sur l’avenue de l’OUA, non loin de l’église paroissiale. L’eucharistie a été concélébrée par dix prêtres et un des deux évêques auxiliaires de Kinshasa, Mgr Timothée Bodika. 
La messe retransmise à la radio était suivie en direct sur internet, elle était aussi relayée à Kananga et à Bukavu en RDC et au Togo, au Cameroun, au Congo, au Rwanda et au Burundi.

Le nonce apostolique a exhorté l’assemblée à la prière du rosaire, puisque, a-t-il dit, Marie ne se fatigue jamais de présenter nos prières à son fils. Que Radio Maria fasse naître la joie dans le cœur de ses auditeurs. Que le message de cette radio soit d’optimisme, que la radio parvienne jusque dans les périphéries aussi bien géographiques que dans les catégories sociales défavorisées.

Le représentant du continent africain dans la Famille mondiale de Radio Maria, Jean-Paul Kayihura, a donné lecture du message d’Emmanuel Farario, fondateur et président mondial du réseau des 70 radios de la Famille Radio Maria. Il envisage d’installer des studios secondaires en RDC avec connexion par satellite en vue d’assurer une unité nationale à la RDC dont la population a été traumatisée par des guerres incessantes.
Au nom de l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo, Mgr Timothée Bodika a félicité Radio Maria et exprimé le vœu de voir cette radio devenir effectivement une radio catholique nationale et un instrument solide de la nouvelle évangélisation.
La présidente de Radio Maria RDC, Christine Bokongo Changa-Changa, a rappelé que Radio Maria qui émet à Kinshasa sur 89/9 a émis son premier signale le 27 novembre 2013 et que ce projet apolitique de pastorale nationale vit du bénévolat et de la générosité de ses auditeurs et non de la publicité. Radio Maria est aussi un lieu de collaboration entre les laïcs comme elle-même, la présidente, et le clergé, dont le père Roger Wawa, directeur des programmes.
A noter que les trois radios catholiques émettant à Kinshasa et à Brazzaville sont toutes dédiées à la Vierge Marie. Avant Radio Maria, il existe, depuis 1996, Radio Maria Mama wa Elikya, autrement dit Marie, Notre-Dame de l’espérance, et Radio Magnificat émettant à Brazzaville, capitale du Congo voisin. La RDC compte aujourd’hui 36 radios catholiques. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.