Accéder au contenu principal

Nouvelle année académique au grand séminaire saint Augustin de Kalonda


Le vicaire général du diocèse de Popokabaka, dans la province du Bandundu, Mgr Edouard Lutaku, a présidé l’eucharistie, le dimanche 2 novembre,  à l’occasion de l’ouverture de la trente-sixième année académique au grand séminaire interdiocésain de philosophie saint Augustin de Kalonda. Le grand séminaire est situé dans le diocèse de Kenge, mais il relève des cinq diocèses de la province du Bandundu : Kenge, Idiofa, Kikwit, Inongo et Popokabaka.
L'évêque de Kikwit, Mgr Edouard Mununu, avec des prêtres et diacres, anciens étudiants du grand séminaire de Kalonda.
Faites tout, vous aussi, pour vous inscrire dans la foule immense des saints, a recommandé Mgr Lutaku aux grands séminaristes. Après la messe, le recteur du grand séminaire, monsieur l’abbé Adelin Kanzenze a ouvert une séance académique sur le thème du  savoir-vivre et des relations humaines. 

Une autre ouverture d’année académique a eu lieu au diocèse de Popokabaka, à l’Institut Supérieur Pédagogique de Panzi. Monsieur l’abbé Justin Nkinzi, directeur général de l’Institut, a prononcé une conférence sur la liberté selon le philosophe français Emmanuel Mounier. L’Institut Supérieur Pédagogique de Panzi a été créé en mars 2011 sur initiative de Mgr Louis Nzala, évêque de Popokabaka, en vue de combattre la sous-qualification scientifique dans les écoles. La devise de l’Institut Supérieur Pédagogique de Panzi est : « Former pour transformer » 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.