Accéder au contenu principal

Vœux perpétuels chez les bénédictines de Kisantu


Deux moniales bénédictines ont prononcé leurs vœux perpétuels dans la chapelle du monastère bénédictin de l’Arbre de vie, le dimanche du Christ-Roi de l’univers, le 23 novembre. La prieure du monastère, sœur Marie-Brigitte Shima-Mulayi a reçu les vœux des sœurs Claudine Mbambu Kasereka et Noëlla Kasoki Kambale au cours de la messe présidée par l’évêque de Kisantu, Mgr Fidèle Nsielele.
Le monastère de l’Arbre de vie, situé sur le territoire de la paroisse sainte Rita du diocèse de Kisantu, relève bien de la commune de Mont Ngafula dans la ville de Kinshasa.
 A l’homélie de la messe, l’évêque de Kisantu a exhorté les sœurs Mbambu et Kasoki à ne jamais se désengager. Elles ont pris un engagement à vie avec le Roi de l’univers, qu’elles y restent fidèles. La foi au Christ est gage de la fidélité, a dit Mgr Fidèle Nsielele.





Et les deux religieuses ont reçu deux symboles importants : une alliance au doigt et un livre du psautier pour la récitation de l’office divin. Les sœurs bénédictines sont consacrées pour la prière en vue de la sanctification du monde.
Le monastère de l’Arbre de vie a ouvert à Kinshasa en 1996 après avoir été fondé en 1992 à Kindu, dans la province du Maniema. A leur nouvelle adresse de la Cité de l’arbre de vie, dans une partie semi-rurale de la commune de Mont-Ngafula, les moniales offrent au voisinage un lieu de prière mais aussi un exemple et un service par le travail d’agriculture. 


Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.