Accéder au contenu principal

"La vie consacrée, communauté d'évangélisation en RD Congo"


Quelque 150 religieuses et religieux, supérieurs des congrégations masculines et féminines, sont réunis au Centre catholique Nganda de Kinshasa pour la tenue d'une Assemblée plénière mixte, sous le thème : "La vie consacrée, communauté d'évangélisation en RD Congo". Les travaux se déroulent du 26 janvier au 2 février. 




Le nonce apostolique, Mgr Adolfo Tito Yllana, a présidé la messe d'ouverture dans la cathédrale Notre-Dame du Congo. La messe a été concélébrée notamment par Mgr Cyprien Mbuka, évêque de Boma, président de la Commission épiscopale pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, et par Mgr Edouard Kisonga, évêque auxiliaire de Kinshasa, chargé de la vie consacrée.

La conférence inaugurale des travaux a été prononcée l'après-midi par le père jésuite Jules Kipupu. Il a présenté la vie consacrée comme une grâce pour la RDC, sans escamoter des défis concernant la formation, l'exercice de l'autorité et le rapport à la culture. 




Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.