Accéder au contenu principal

Remonter dans sa propre histoire

Au cœur des jours et des nuits

Remonter dans sa propre histoire

Les ancêtres de Jésus de Nazareth, on les connaît : les parents de Marie, la mère de Jésus, s’appelaient Joachim et Anne, d’après la tradition des Eglises catholique et orthodoxe. Du côté du père nourricier Joseph, de la tribu de David, une très longue liste est donnée dans l’évangile selon saint Matthieu. Joseph avait pour père Jacob. On l’aura entendu les derniers jours du temps liturgique de l’Avent, peu avant la Noël. La longue liste compte 14 générations d’Abraham à David, 14 générations également de David jusqu’à l’exil à Babylone et 14 autres générations depuis l’exil à Babylone.


Reconnaître ainsi les ancêtres de Jésus donne l’idée que Jésus est vraiment un Juif. Les Congolais se retrouvent dans cette mentalité qui insiste sur les liens du sang. Mais cela donne aussi quelques bons complexes aux Congolais et aux Africains. Ils sont prêts à désigner qui est un vrai fils du pays, mais ils ne sont pas toujours capables de décliner leur propre identité de sorte à remonter dans leur propre arbre généalogique pour montrer jusqu’à combien de générations ils seraient en droit de revendiquer leur origine.

En République démocratique du Congo, l’histoire nous dit que nous sommes, pour la plupart de nos peuples et tribus, presque tous venus d’ailleurs. Et nous sommes incapables de remonter jusqu’à plusieurs générations.

Mes parents ainsi que mes tantes et oncles paternels et maternels sont incapables eux-mêmes de me dire qui sont leurs arrière-grands-parents. Ils ne les ont pas connus de leur vivant et personne ne les a jamais renseignés. Eux-mêmes semblent n’avoir d’ailleurs jamais cherché à le savoir.

L’autre jour, lorsque je suis allé chercher un nouveau passeport, le formulaire à remplir ne me demandait pas de remonter au-delà de mes grands-parents. La mémoire ne peut aller plus loin, et des documents écrits, il n’y en a pas. Aujourd’hui encore, bien des enfants ne sont point déclarés à l’état civil. Qu’on imagine donc l’époque de mes arrière-grands-parents…

Mais pourquoi alors, dans la culture qui est la nôtre, avons-nous tant de jalousie pour ne compter comme nos compatriotes que ceux qui sont nés de parents congolais nés de parents congolais et ainsi de suite ? Pourquoi tant de soin à ne compter que le droit du sang et non sur le droit du sol, et les adoptions et les naturalisations, par exemple ? Et pourquoi nos compatriotes qui ont pris la nationalité d’autres pays sont-ils plus exigeants que n’importe qui d’autre pour revendiquer la nationalité congolaise alors qu’ils savent bien l’avoir perdue ? Ils savent bien que la nationalité congolaise est une et exclusive, d’après la Loi du pays.  Pourquoi les Congolais de sang persistent-ils à penser qu’ils n’ont jamais perdu leur nationalité d’origine ?

Jean-Baptiste Malenge Kalunzu

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.