Accéder au contenu principal

La supérieure générale des Soeurs de saint André invite au changement en profondeur



La supérieure générale des Sœurs de saint André depuis quatre ans, Soeur Agnès Granier, venue de la maison générale de Tournai en Belgique, séjourne pour la sixième fois en République démocratique du Congo, en visite auprès de ses consoeurs. Elle a accompagné l'une d'elles, sœur Josée Ngalula, à l'Institut Saint Eugène de Mazenod. Soeur Ngalula y enseigne la théologie. Devant les étudiants, des religieuses et religieux, sœur Agnès Granier a parlé du changement en profondeur comme une œuvre de l'Esprit-Saint.

La parole de Dieu et les sacrements nous aident à nous ouvrir à l'Esprit, a encore dit sœur Agnès Granier, avant d'ajouter que l'Eglise se trouve à un moment privilégié du choix de marcher avec le pape François dans la suite du Christ.





La supérieure générale des sœurs de saint André rend grâce à Dieu de voir des transformations produites dans la ville de Kinshasa mais surtout dans les coeurs. Et elle s'est réjouie pour l'Institut Saint Eugène de Mazenod, qui forme dans le sens de la transformation en profondeur.


Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.