Accéder au contenu principal

Retraite internationale de prêtres. L'abbé Désiré Mpanda rend compte.

Une retraite spirituelle a réuni à Rome plus de mille prêtres catholiques du monde entier

Abbé Désiré Mpanda
Du 10 au 14 juin 2015 a eu lieu à Rome une Retraite réunissant plus de 1000 prêtres catholiques venant de 80 pays. Elle a été organisée par L’international Catholic Renewal (Service Intenational du Renouveau Charistmatique Catholique), qui est un service du Renouveau Charismatique dans l’Église Catholique depuis 1972. 
Après les deux premières en 1984 et 1990, la retraite de cette année est la troisième avec pour thème « Appelés à la sainteté pour une nouvelle évangélisation ». Des évêques, prêtres et diacres venant de tous les coins du monde ont participé à ce grand événement de l’année. 
Plusieurs intervenants ont pris la parole au cours de cette retraite notamment à l’occasion des homélies dans la Messe, les enseignements, les témoignages, les séances de prière d’Adoration et de louange. Des charismatiques de grand renom ont été invités pour animer la retraite. 


D’entrée de jeu, dans son homélie de la messe d’ouverture, le Cardinal Stanislaw Rylko a reconnu que plusieurs prêtres accusent une fatigue spirituelle et que le Renouveau Charismatique a su redonner l’ardeur sacerdotale aux prêtres qui y adhèrent. Si le feu de l’Esprit Saint ne réchauffe pas nos cœurs, on ne pourra rien faire. Le Renouveau charismatique a su redonner l’ardeur sacerdotale aux prêtres qui y adhèrent

Le Père Gino Henriquez (du Singapour) a pour sa part déclaré qu’un clergé renouvelé et sanctifié par le Saint Esprit génère un peuple renouvelé et sanctifié. De même, le prêtre indien du Kerala, le Père Matthew Naichomparambil, a témoigné avoir reçu l’effusion du Saint Esprit en 1984, dès lors son ministère fut renouvelé. 

Dans son premier enseignement, le prédicateur italien de la maison pontificale, le Père Raniero Cantallamessa, a exhorté les prêtres à passer du Chaos originel qui règne en chacun de nous au Cosmos parce que, selon lui, seul le Saint Esprit peut opérer ce miracle en nous. Le but ultime de la vie chrétienne sera alors l’acquisition du Saint Esprit.  Les prêtres doivent être saints pour sanctifier,  a-t-il martelé. Dans son deuxième enseignement, le prédicateur de la maison pontificale a insisté sur le fait que tout chrétien devrait chercher son onction afin de libérer les énergies latentes, que le côté ascétique est très important pour écarter les obstacles qui empêcheraient le Saint Esprit d’agir en nous.

Le président du Conseil Pontifical Justice et Paix, le Cardinal Peter Turkson, nous a parlé de la réconciliation avec Dieu. Il a centré son intervention sur les paragraphes 76-88 de l’Exhortation apostolique Evangelii Gaudium du Pape François, notamment : Ne pas tomber dans les Tentations des agents pastoraux, dire Oui au défi d’une spiritualité missionnaire, Non à l’acédie égoïste, dire Non à la mondanité spirituelle, dire Non à la guerre entre nous, Non au pessimisme stérile, Oui aux relations nouvelles engendrées par Jésus Christ. Un filet déchiré peut être réparé pour prendre les poissons, a affirmé le Card. Turkson, nous pouvons alors refléter la sainteté de Dieu en nous ; embrassons de nouveau notre vocation. Le Card. Peter Turkson nous a raconté par la suite une très belle histoire de la Sr Geneviève, une religieuse rwandaise, qui a su pardonner à ses bourreaux du massacre de sa famille pendant le génocide : elle avait senti une force négative sortir d’elle lors de la rencontre avec le bourreau qui demandait pardon. Le pardon libère toujours.

Le prêtre italien, l’abbé Livio, a témoigné avoir fait l’expérience pentecostale dans les années 70. Son slogan est : « Celui qui n’est pas enflammé, ne peut pas enflammer les autres ». Parlant de la réconciliation avec Dieu, l’abbé Livio a insisté sur le prix à payer, c’est-à-dire l’acceptation du Seigneur dans notre vie et la réception du Saint Esprit. Il faut rompre avec tous les compromis ainsi arriver à la vie nouvelle

De la France est venue le Père Daniel Ange qui, en préparation au sacrement de la réconciliation, par une image significative, a comparé la confession au salon de beauté de Dieu, le bain de Dieu. Il a par la suite précisé que régner, c’est servir et servir, c’est régner, que nous ne devrions pas dominer sur ceux qui nous sont confiés, que jamais nous imposer mais rayonner, qu’on devrait demander pardon à la société pour les prêtres qui ont scandalisé et scandalisent. Je dois préciser ici que je me suis confessé chez le Père Daniel Ange. Après la confession et la prière de guérison, j’ai éprouvé un bien- être intérieur inexprimable, une paix indescriptible

Pour le Père Jonas Abib du Brésil, il faut laisser l’amour de Dieu nous transformer. Le prêtre brésilien a eu sa première rencontre avec Jésus lors de sa maladie, et tout changea dans sa vie ; la rencontre avec Jésus a été la porte, puis est venu le Baptême dans l’Esprit. D’où son insistance sur la rencontre personnelle avec Jésus. Les prêtres qui n’ont pas eu la rencontre personnelle avec Jésus Christ éprouvent des difficultés dans le ministère, ils entretiennent des situations de péché qui les empêchent d’être d'autres Christ. Il convient de prier afin que les personnes aient le baptême dans l’Esprit et le don de parler en langues.  

Nous sommes à Rome, le Pape ne pouvait pas manquer à cette 3ème Retraite mondiale réunissant plus de 1000 prêtres. Il nous a consacré 3 heures dont 2 de conférence et 1 de l’Eucharistie. Le Pape argentin a commencé à inviter son auditoire à la proximité : il doit y avoir proximité entre évêque et prêtres, prêtres et évêque, prêtre et fidèles, évêque et fidèles. Prêtre, ne critique pas ton évêque, mais parle-lui franchement, de même toi, évêque, ne critique pas ton prêtre, parle-lui sincèrement. Et il n’y a que le Saint Esprit, selon le Souverain Pontife, qui puisse former une telle communauté.  Là où il y a proximité, c’est là qu’il y a le Saint Esprit.  Le Pape François a poursuivi en affirmant que l’appel au sacerdoce ministériel est un appel d’amour. Évangéliser suppose toujours l’amour de Jésus et se laisser aimer par Jésus. On sait reconnaître un prêtre fonctionnaire d’un prêtre amoureux de Jésus ; le fonctionnaire ressemble aux pharisiens du chapitre 23 de Matthieu. Une Église sans Jésus sera une Église sans miséricorde. Le cœur du prêtre n’est pas bureaucratique. Ne soyez pas hypocrites, ne vivez pas dans l’hypocrisie. Le pape a demandé aux prêtres de parler aux cœurs des fidèles, de parler cœur à cœur, que l’homélie n’était pas une leçon de morale, ni une simple catéchèse ni une conférence ni une leçon de théologie, mais un sacramental où le prêtre mettra ce qu’il y a de meilleur en lui au service du Saint Esprit.  

Dites souvent aux séminaristes : « Si Jésus n’est pas le centre de votre vie, ne vous faites pas ordonner prêtre ». Le Pape a rappelé aux prêtres qu’ils ne sont pas patrons, mais dispensateurs de la grâce de Dieu. Il a invité les prêtres à organiser les SÉMINAIRES DE VIE NOUVELLE dans les paroisses et les diocèses parce que c’est la rencontre personnelle avec Jésus qui change la vie. L’évêque de Rome a par la suite invité les prêtres à ne pas cléricaliser les laïcs parce le cléricalisme est une attitude peccamineuse et complice. Répondant à la première question portant sur comment évangéliser le milieu sécularisé, le Pape a averti qu’il ne fallait pas faire du prosélytisme, mais l’attraction et surtout vous prêtres vous devez vous demander comment vous attirer les fidèles à Jésus Christ, est-ce que votre vie attire les gens ? Vivez l’Évangile à la lettre et vous attirerez les gens à Jésus. Vivez les béatitudes et laissez au Saint Esprit de faire le reste. Répondant à la deuxième question traitant du contraste du niveau de vie des fidèles et que faire, le Souverain Pontife a invité les prêtres à semer l’espérance, à être près des personnes souffrantes, à se détacher de l’argent et du pouvoir, à ne pas maltraiter les gens, à ne pas idéologiser l’Église, à ne pas transformer l’Église en une ONG, à ne prêcher que l’Évangile, à agir comme Jésus en toute circonstance

Dans la réponse à une question posée par un confrère burundais, le Pape a annoncé en direct son prochain voyage apostolique en RCA et en Ouganda pour la célébration du 50ème anniversaire de la canonisation des martyrs. Le Pape a reconnu l’importance de la formation des catéchistes, la construction des écoles et hôpitaux, la nécessité de la spiritualité liturgique. Il a par ailleurs affirmé que l’Afrique était une terre d’exploitation, que l’Occident y est allé pour tout prendre et laisser les Africains mais vides, que la stabilité politique était précaire, qu’avec la situation des guerres, les Africains vivent des moments difficiles. Le Pape a fini son intervention en demandant à l’assemblée de prier pour lui. 

Pour sa part, dans son homélie, le cardinal Stella Beniamino a invité les prêtres à s’engager dans le travail ascétique de conversion afin de rendre opérationnels les dons du Saint Esprit. L’Église n’a pas besoin de savants fonctionnaires, mais des prêtres saints qui annoncent le Règne des Cieux, a martelé le Cardinal préfet de la Congrégation du Clergé. 

Des États Unis est venu Mgr Joseph Malogreca, il nous a invités à enlever tous les obstacles afin de permettre à l’Esprit Saint d’agir en nous. Son enseignement était centré sur la puissance du Saint Esprit dans le sacerdoce et il a scandé son enseignement par ces prières jaculatoires que nous répétions : « Jésus donne-moi la puissance de ton Esprit Saint dans mon sacerdoce ». « Jésus donne-moi ta Parole vivante ». « Jésus donne-moi un cœur miséricordieux ». « Jésus, je veux être un artisan de paix ». « Jésus, donne-moi le feu de l’Esprit ». « Jésus, sanctifie moi ». « Me voici, Seigneur, envoie moi où tu veux ». Mgr Malogreca a fait remarquer que c’est terrible lorsqu’un prêtre n’a pas le cœur miséricordieux comme Jésus, n’a pas la paix et se met facilement en colère, n’a pas la joie et voit tout négatif, ni le zèle et l’enthousiasme pour annoncer le Royaume de Dieu et croire que les choses changeront en positif. 

Du Brésil, est venu encore Mgr José Louis Azcona, qui nous a donné son témoignage sur l’action du Saint Esprit dans sa vie de prêtre et d’évêque. C’est au cours d’une retraite qu’il rencontre l’amour de Dieu. Ce faisant, témoigne Mgr Jose Louis, la dureté, le pharisaïsme, la violence, l’âpreté, le manque d’amour caractérisent beaucoup de prêtres et évêques. L’évêque brésilien affirme avoir été oint lors de sa première pentecôte, c’est pourquoi il est un bon pasteur. D’où son appel à tous les prêtres les invitant à vivre leur pentecôte. Sans pentecôte personnelle, on ne peut jamais être un bon pasteur. 
Mgr Alberto Taveira du Brésil nous a invités à nous poser cette question : « Qu’est-ce que je fais afin qu’arrive une nouvelle effusion, une nouvelle pentecôte, le Baptême dans l’Esprit dans ma vie » ? Une nouvelle effusion doit avoir lieu hic et nunc. Je dois faire le choix d’être apôtre du Baptême dans l’Esprit. 

Madame Patti Gallagher est l’une des premières à faire l’expérience de l’effusion de l’Esprit Saint aux États Unis en 1967. Elle nous a donné son témoignage que je n’ai pas écrit parce qu’il était très captivant. Par après, elle a guidé la prière de l’effusion de l’Esprit Saint. Impossible de vous décrire ce qui s’est passé, il fallait seulement être présent dans la salle. Nous avons prié avec beaucoup de ferveur, nous avons chanté plusieurs chants à l’Esprit Saint. Nous avons chanté également en langues. Comme c’était beau merveilleux, fantastique… Des moments à revivre toujours… 

Dimanche 14 juin 2015 a eu lieu la messe de clôture de la retraite présidée par le Card. Agostino Vallini, le vicaire du Saint Père pour le diocèse de Rome. Le Card. Vallini nous a invités à nous ouvrir au souffle de l’Esprit Saint afin de mieux annoncer avec courage l’évangile, à adorer le Saint Sacrement, à avoir un rapport quotidien avec le Christ. Que le Saint Esprit donne une nouvelle impulsion de sainteté sacerdotale à partir de cette Basilique de Saint Jean Latran, voilà son souhait le plus ardent. 

Chers confères qui me lisez, que le Saint Esprit puisse suppléer à mes lacunes de compréhension et de restitution et vous faire comprendre le message originel tel que prononcé par les orateurs afin d’opérer les mêmes effets comme si vous aviez participé à la 3ème Retraite mondiale des prêtres. Je termine par un chant en langue… Amen.


P. Deogratias Désiré Mpanda
Taranto (Italie), le 19 juin 2015 




Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.