Accéder au contenu principal

Clôture de la célébration du centenaire de sainte Anne de Kinshasa




Une trentaine de jeunes gens et jeunes filles étaient alignés devant l’archevêque de Kinshasa dans l’église sainte Anne de Kinshasa-Gombe le dimanche 26 juillet. Le cardinal Laurent Monsengwo a demandé que leur réponse ne soit pas timide. Ces jeunes répondaient aux questions de l’archevêque en guise de la profession de foi. Ils ont ensuite reçu le sacrement de la confirmation. L’archevêque les a exhortés à être des évangélisateurs parmi leurs amis comme ce jeune garçon dont parle l’évangile selon saint Jean. Le jeune garçon avait cinq pains et deux poissons, et Jésus les multiplia pour nourrir cinq mille hommes.
Les jeunes filles et jeunes gens seront aussi des évangélisateurs sur les traces des missionnaires de Scheut qui ont fondé la paroisse sainte Anne de Kinshasa en 1914. Le dimanche 26 juillet, le cardinal Monsengwo présidait la messe dans cette église pour la clôture de la célébration du centenaire.

Le curé de la paroisse, monsieur l’abbé Pierre Baza, a rappelé que sainte Anne est la toute première paroisse de Kinshasa, qu’elle fut la première cathédrale et qu’elle a offert à l’archidiocèse ses tout premiers prêtres, les abbés Joseph-Albert Malula et Eugène Moke, devenus plus tard archevêque et évêque auxiliaire. « La messe du centenaire est une action de grâce pour la vitalité de la foi et la générosité des missionnaires et pour des milliers de baptisés et convertis qui ont reçu les sacrements de l’Eglise ».

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.