Accéder au contenu principal

Clôture du centenaire de l’évangélisation du Kwango



L’évêque de Popokabaka, dans la province du Kwango, Mgr Louis Nzala, a présidé la messe, le dimanche 19 juillet, pour la clôture de l’année du premier centenaire de l’évangélisation du Kwango. Le père jésuite Jean-Baptiste Hanquet a fondé, en 1915, le premier poste missionnaire à Ngowa, dans l’actuelle paroisse Saint Sauveur de Popokabaka. A quatre kilomètres de la cité de Popokabaka, le jésuite avait planté un palmier. Ce palmier existe encore, et l’évêque de Popokabaka y a conduit une visite, le dimanche 19 juillet.

Le diocèse de Popokabaka a été érigé en 1961. L’histoire rappelle que Popokabaka est né du démembrement de la Mission du Kwango confiée aux Jésuites dès 1893. Cinq actuels diocèses en sont issus : Kisantu, Kenge, Idiofa, Kikwit et Popokabaka.


L’évêque de Kikwit, dans la province du Kwilu, Mgr Marie-Edouard Mununu, a concélébré à la messe du centenaire, avec une centaine de prêtres de Popokabaka, de Kisantu et de Kenge. Mgr Louis Nzala a ordonné, à cette occasion, quatre nouveaux prêtres : messieurs les abbés Anaclet Mbele, Armand Ipa, Benoît Kambamba et François  Nsiku.

Mgr Nzala, troisième évêque de l’histoire de Popokabaka, a insisté sur l’unité de l’Eglise et sur la prise en charge intégrale, preuve de maturité et exigence pour la nouvelle évangélisation. L’idée a été auparavant étudiée pendant le colloque de trois jours tenu sur le thème général : « L'Eglise catholique au Kwango-Diocèse de Popokabaka, cent ans après, quelles perspectives pour une nouvelle évangélisation ? »

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.