Accéder au contenu principal

Le clergé de Mbuji-Mayi apprend la médiation et la résolution des conflits


150 prêtres diocésains réunis autour de leur évêque, Mgr Bernard-Emmanuel Kasanda, ont participé, du 6 au 9 juillet, à une session de formation sur la résolution des conflits. Le clergé diocésain de Mbuji-Mayi, dans la province du Kasai oriental, a ainsi réfléchi sur la nécessité du bon usage des moyens de communication sociale afin d’éviter et surtout de résoudre des conflits.
Consolider la mission de l’Eglise diocésaine dans la vérité et l’amour, tel était l’objectif visé par le processus entamé depuis l’an dernier et qui a conduit à la nécessité de la session de formation. Des pistes de solutions ont été proposées comme remède aux dérapages maintes fois constatés.
L’évêque de Mbuji-Mayi et son clergé ont pris des engagements respectifs pour dissiper des malentendus et renforcer la mission d’annoncer et de rendre témoignage de la miséricorde et de l’amour.
Au cours de l’eucharistie de clôture de la session concélébrée dans la cathédrale saint Jean-Baptiste,  des fidèles ont été témoins d’un émouvant échange de pardon. Quatre témoins privilégiés auront été des évêques de la province ecclésiastique de Kananga : Mgr Marcel Madila, archevêque de Kananga ; Mgr Gérard Mulumba, évêque de Mweka ; Mgr Pierre-Célestin Tshitoko, évêque de Luebo et Mgr Félicien Mwanama, évêque de Luiza. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.