Accéder au contenu principal

L'heure d'ailleurs

Au cœur des jours et des nuits
L’heure d’ailleurs

Pourquoi monsieur le directeur arrive-t-il ces jours-ci au bureau une heure plus tôt qu’il ne faut ? Il nous avait habitués à le voir ouvrir son bureau toujours en retard. Certains ont pensé que monsieur le directeur attendait d’abord que les subalternes prennent place sur leurs sièges et qu’ils s’acquittent des préparatifs. Après tout, le chef, c’est le chef. Mais depuis quelques jours, quelle surprise ? Certains se sont imaginé que le directeur pouvait avoir subi des rappels à l’ordre de la part de ses chefs hiérarchiques. Oui, un chef a toujours un chef au-dessus de sa tête.

En réalité, notre directeur a été induit en erreur. Et vous comprendrez aussi pourquoi il a persévéré dans l’erreur.


Le directeur, de son propre aveu, se réveillait et se couchait en écoutant une radio émettant en Europe. La radio donne l’heure, comme il convient à toute radio. Et notre directeur avait toujours l’heure exacte, disait-il, parce que son heure était l’heure de la radio occidentale. Pas une heure imaginée, bricolée par les animateurs des radios locales. Non, l’heure des Blancs, c’est l’heure des Blancs. Elle ne s’allonge pas, ne se prolonge pas, ne s’écourte pas, ne se raccourcit pas. Après l’heure, ce n’est plus l’heure. Avant l’heure, ce n’est pas encore l’heure. Or, notre directeur a commencé à arriver au bureau avant l’heure. Il y avait un problème. Mais il ne s’en rendait toujours pas compte.

Le directeur n’a pas été grondé par ses chefs. Le directeur n’a pas non plus pris une résolution pour un début d’année ou après une retraite, par exemple. Le directeur, qui se réveille et s’endort sur la radio étrangère, ignorait ou il a manqué de savoir que la radio étrangère qui émet de l’étranger émet dans la culture et dans la géographie étrangère. La radio étrangère s’adapte aux saisons, aux quatre saisons. A l’entrée dans l’été, l’heure change. L’heure avance. Elle est donc plus tôt que chez nous. Et monsieur le directeur ne l’a jamais remarqué. Il sort trop tôt le matin, il quitte trop tôt le soir.

Le vrai problème de monsieur le directeur, c'est de vivre, dans sa tête, ailleurs que dans son pays. A chaque fois qu'il parle de ce pays-ci, il ne peut pas ne pas le comparer à l'Europe. Pour lui, ce que les hommes et les femmes doivent faire et vivre a déjà été pensé et vécu en Europe. Pour lui, les hommes et les femmes d'Afrique doivent suivre ce que les hommes et les femmes d'Europe ont inventé. Les droits de l'homme, par exemple. Monsieur le directeur s'est fait le défenseur des droits de l'homme. Mais qui est l'homme ? Il n'a jamais pensé à la question. Et il croit que l'homme est ailleurs que chez lui.

A l'heure de son pays, monsieur le directeur préfère l'heure de la « communauté internationale », comme il dit. Monsieur le directeur vit à l'heure d'ailleurs.
Jean-Baptiste Malenge Kalunzu

jbmalenge@gmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.