Accéder au contenu principal

La caritas de Molegbe assiste des réfugiés centrafricains





La Commission diocésaine Caritas Développement du diocèse de Molegbe, dans la province du Nord-Ubangi, a clôturé, le 31 août, des opérations d’assistance en faveur de familles d’accueil de réfugiés centrafricains dans les territoires  de Mobayi-Mbongo et de Bosobolo.
20 000 réfugiés centrafricains se trouvent dans le camp Inke à 40 km de la ville de Gbadolite et 7000 réfugiés sont recueillis dans le camp de BILI à 168 km de Gbadolite.
La caritas diocésaine de Molegbe s’est donné comme objectif de contribuer à la cohabitation pacifique entre réfugiés et populations locales. Et pour atteindre l’objectif, lutter contre l’insécurité alimentaire est un atout important.
Les opérations de la caritas ont ainsi consisté à mieux identifier les bénéficiaires et à distribuer des vivres et des intrants agricoles. Des machettes, des houes, des pelles, des râteaux et des arrosoirs ont été distribués ainsi que 200 tonnes de vivres : riz, huile, sel, niébé, semences de maïs, d’arachides et des légumes. Réfugiés et familles d’accueil en ont donc bénéficié dans les secteurs de Pambwe et de Bili. 

 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.