Accéder au contenu principal

L’avenir dans le passé d’autrui



Au cœur des jours et des nuits

L’avenir dans le passé d’autrui

Notre avenir n’est pas dans le passé des autres. J’ai prononcé gravement cette phrase lors d’une conversation avec ma nièce vendeuse de pain. Je lui ai expliqué lentement, avec des gestes qu’il faut. Elle a bien compris. Elle souriait, et elle a donné un exemple. Elle a bien compris. 

Elle m’a dit : « Placer son avenir dans le passé des autres, c’est comme ces filles qui achètent leurs sous-vêtements dans la friperie. Elles prétendent avancer dans la modernité, elles ne voient pas qu’elles reculent dans le passé des femmes blanches qui ont porté ces sous-vêtements. Et elles ignorent comment et pourquoi ces vêtements sont arrivés jusque chez nous. Elles manquent de fierté et de dignité. »
Ma nièce comprend facilement ce que je cherche parfois difficilement à lui faire comprendre. Elle m’a expliqué que la pratique était de plus en plus fréquente alors même que des vêtements sur le marché et particulièrement la lingerie féminine coûtent de moins en moins cher. 


Ma nièce elle-même, dans sa pauvreté, ne peut jamais se rabaisser jusqu’à porter les saletés des autres, a-t-elle expliqué. « Je préfère mourir dans ma saleté plutôt que dans la saleté d’une autre. Et cette autre femme qui a porté la première ces sous-vêtements, je ne la connais même pas. Elle n’est pas de ma famille, elle n’est même pas une amie ni une connaissance. Et si elle était morte d’une maladie grave ! » 

Ma nièce se posait gravement la question, et elle me fixait du regard pour souligner tout le sérieux de son propos. Ma nièce pouvait continuer à m’expliquer. Elle m’a averti : « Vous serez un jour surpris. Il y a des femmes riches et intellectuelles qui préfèrent de plus en plus ce genre de sous-vêtements. Elles prétendent qu’ils durent plus longtemps que les sous-vêtements tout neufs que vous achetez vous-même la première… » Durer plus longtemps, est-ce vraiment un bon critère de qualité ?

J’ai dit à ma nièce qu’en lui présentant mon propos, je pensais plutôt aux intellectuels des pays africains. Sur n’importe quel sujet de leur vie, de notre vie sociale, ils cherchent d’abord à savoir ce qu’en pensent les Occidentaux, ceux qu’ils appellent la « communauté internationale ». Dans les universités, les travaux de recherche consistent de plus en plus à aller copier sur internet les réflexions des autres. Dans les médias, on répète ce que les autres ont dit auparavant. Et chaque jour, du matin au soir, de prétendus spécialistes et analystes nous démontrent ce qu’ils savent faire : répéter sans discernement les idées d’autrui.

Ma nièce vendeuse de pain a bien compris. Elle m’a dit : « Tes amis intellectuels dont tu parles sont comme mon bébé. Je dois mâcher pour lui le pain. C’est après seulement qu’il peut avaler. Tes amis sont des enfants tout-petits. »

Jean-Baptiste MALENGE Kalunzu
jbmalenge@gmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.