Accéder au contenu principal

Diocèse de Kikwit : les Sœurs des pauvres de Bergame quittent l’hôpital de Mosango


Au diocèse de Kikwit, dans la province du Kwilu, les Sœurs des pauvres de Bergame ne desserviront plus l’hôpital de Mosango. A l’appel d’un jésuite, depuis 1954, les filles du Bienheureux Louis Palazzolo ont aidé cette « cité de souffrance et d’espérance » contre la lèpre et la tuberculose, puis l’hôpital est devenu une référence.
Le 14 juin, la supérieure provinciale, sœur Adolphine Ebu, a remis les clés de l’hôpital à un représentant de l’évêque, Mgr Edouard Mununu. Pourquoi, avec regret, les religieuses quittent-elles Mosango ? Sœur Ebu explique que la vie des religieuses et la gestion de l’hôpital étaient devenues problématiques depuis bien du temps.

Les sœurs ont maintes fois essuyé attaques, injures, humiliations et menaces. De soi-disant membres de la « société civile » tenaient à gérer l’hôpital en écartant tout « étranger ».

« Nous continuerons à prier, demandant l’aide de Dieu pour que l’œuvre aille de l’avant pour le bien surtout pour les pauvres. Nous remercions nos collaborateurs et  Mgr Mununu, notre évêque, qui ne nous a jamais laissées seules même pendant les moments les plus difficiles. Nous avons senti son cœur de père soucieux des pauvres », a conclu sœur Adolphine Ebu. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.