Accéder au contenu principal

Messe pour l’indépendance et clôture de l’Assemblée de l’ACEAC




Le jeudi 30 juin, Jour de l’indépendance, dans la cathédrale Notre-Dame du Congo, à Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo a présidé une messe pour les 56 ans de l’indépendance du pays. L’indépendance est un don de Dieu, a dit l’archevêque de Kinshasa dans l’homélie, posant ensuite la question de savoir ce que le peuple congolais a fait de cette indépendance. Le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta, posera la même question en guise d’interpellation, lors d’une allocution prononcée en fin de l’eucharistie.

La messe du 30 juin concélébrée par une dizaine d’évêques et une vingtaine de prêtres, était aussi la messe de clôture de l’Assemblée plénière de l’Association des Conférences Episcopales de l’Afrique Centrale, l’ACEAC, réunissant les épiscopats du Burundi, de la RDC et du Rwanda. Monsieur l’abbé André Masinganda, deuxième secrétaire général adjoint de la Conférence épiscopale nationale du Congo, a lu le communiqué final renseignant, par exemple, que les évêques ont nommé un nouveau secrétaire général de l’ACEAC, monsieur l’abbé Jean-Pierre Badidike de l’archidiocèse de Kisangani. L’évêque de Kabgayi, au Rwanda, Mgr Smaragde Mbonyitege a été élu président. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.