Accéder au contenu principal

Retraite annuelle à Molegbe




L'évêque de Molegbe, dans la province du Nord-Ubangi, Mgr Dominique Bulamatari, a présidé, le 20 juillet, la messe de clôture de la retraite annuelle à laquelle ont participé une trentaine de prêtres au centre d’accueil des Sœurs Filles de Marie de Molegbe à Pangoma près de la Ville de Gbadolite. Monsieur l’abbé Jean-Paul Kongo, curé-doyen de Molegbe, avait présidé la messe d’ouverture le 15 juillet.
La retraite a été animée par monsieur l'abbé Willy Libambu, prêtre de l'archidiocèse de Kinshasa, sur le thème « La vraie conversion au Christ et la pratique de la sainteté ». Monsieur l'abbé Libambu a abordé des sujets tels que le martyre, la vie communautaire, l’argent, la femme, l’obéissance, la pauvreté, le développement et la pénitence pour l’année de la Miséricorde.

A l’occasion de cette retraite annuelle, Mgr Bulamatari a aussi réuni le conseil presbytéral et la consulte diocésaine en vue de traiter des problèmes de la vie et de la pastorale d’ensemble.
A noter, enfin, que le coordonnateur de la caritas diocésaine, monsieur l’abbé Egide de la croix Mbimba a remis à chaque curé de paroisse quelques outils agricoles en vue d’appuyer les activités des Caritas paroissiales sur terrain.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.