Accéder au contenu principal

Vœux perpétuels chez les Sœurs de Sainte Marie de Namur à Kikwit



Au diocèse de Kikwit, dans la province du Kwilu, Mgr Marie-Edouard Mununu a présidé la messe, le dimanche 17 juillet, dans l’église saint Etienne de la paroisse du Sacré-Cœur, dans le quartier Kikoti, messe au cours de laquelle la supérieure provinciale des Sœurs de Sainte Marie de Namur, sœur Marie-Brigitte Katona, a reçu les vœux perpétuels des sœurs Bernadette Kalongila, Marie Katona, Angélique Mudiambwa, Vincencia Mpata et Julienne Musanda.
A l’homélie, l’évêque de Kikwit a souligné la beauté de la vie consacrée. Et puisque les cinq religieuses étaient accompagnées de leurs parents en marchant vers l’autel,, Mgr Mununu a relevé l’importance de la famille, base de toute vocation. Donnez-moi cinquante couples régulièrement mariés, et je ferai de la sous-paroisse saint Etienne une paroisse, a promis l’évêque.

Mgr Mununu s’est aussi adressé à l’ensemble des Sœurs de Sainte Marie de Namur, les encourageant à la pratique des vœux de chasteté, pauvreté et obéissance. L’évêque de Kikwit a aussi exhorté les religieuses à partager avec les laïcs le charisme de leur congrégation. Le 17 juillet, à Kikwit, la Camerounaise Céline Mimfoumou, première associée laïque du Cameroun, a renouvelé son engagement. Elle a au préalable participé à la retraite annuelle avec les religieuses.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.