Accéder au contenu principal

La maman photographe



Au cœur des jours et des nuits

La maman photographe

Ma nièce vendeuse de pain a été désagréablement surprise par la décision et les manières du nouveau curé de sa paroisse. Il a décidé que la messe ne ressemblera plus à un marché, et ma nièce qui ignorait alors la différence se demande pourquoi cela arrive seulement au moment où elle s’est bien préparée à faire des photos lors de la première communion de son fils. 

Le nouveau curé a interdit tout sifflet, tout vuvuzela dans l’église, quelle que soit la circonstance. Ma nièce le comprend et l’approuve. L’église n’est pas un stade de football, il faut du respect, dit-elle, désapprouvant cette mauvaise habitude qui s’installe à Kinshasa où des sifflets et des vuvuzelas s’introduisent partout et empêchent toute concentration. On donne l’impression que toute notre vie pourrait être un jeu. Ma nièce désapprouve. Mais ma nièce ne comprend pas que le nouveau curé interdise aussi aux parents de photographier leur enfant qui reçoit le corps du Christ pour la première fois de sa vie.


Le nouveau curé a expliqué dès le début de la messe que l’église n’était pas un marché où tout le monde bouge, se déplace comme il veut. Dans l’église, chacun garde sa place, chacun se lève ou s’assoit, chacun danse ou ne danse pas, non par son propre sentiment, mais selon un ordre déjà réglé. C’est la liturgie, a dit le curé, ajoutant que cet ordre n’est pas décidé par lui ni par aucun membre de l’assemblée, que cet ordre est plutôt celui de l’Eglise, qu’il n’y a qu’à le respecter. Le curé a par conséquent expliqué pourquoi seuls deux photographes professionnels déjà choisis prendraient des photos de tous les enfants. Les parents devront se procurer les photos après la messe.
Ma nièce était déçue, parce qu’elle s’était bien préparée. Depuis de long mois, elle avait mis de côté de l’argent pour la fête de la première communion. Elle avait acheté des habits bien neufs pour son enfant et pour elle-même. Elle s’est même accordé un luxe : elle a acheté un smartphone, un beau téléphone mobile doté d’une caméra. Avec l’aide d’un voisin, ma nièce s’est exercée pendant des jours pour savoir enfin prendre une photo, tenir le téléphone comme il convient au vu et au su de toute la nombreuse assemblée du dimanche. Ma nièce a particulièrement appris comment utiliser le zoom pour éloigner ou rapprocher la personne à photographier sans avoir besoin de s’approcher soi-même comme font les mauvais photographes en diverses circonstances.

Ma nièce s’était bien préparée. Elle avait donc soigné particulièrement ses ongles. Elle les a vernis de rouge éclatant pour que ceux qui la regarderont prendre son fils en photo voient aussi les belles mains et les beaux ongles de la maman photographe. Mais tout ce beau projet et tous ces efforts, qui ont coûté du temps et de l’argent, le nouveau curé est venu les faire échouer. Il commence mal, ce nouveau curé. Ma nièce a osé le penser ainsi dans son cœur.

Ma nièce est vraiment déçue. Je la comprends. Mais elle m’a dit plus tard comprendre, c’est-à-dire accepter que l’église ne ressemble pas au marché où elle vend du pain. Ma nièce a suivi à la télévision une messe présidée par le pape sur la Place Saint-Pierre à Rome. Le pape et les cardinaux et tous les autres, on les voit bien dans leurs moindres gestes. Mais à comparer avec les cérémonies liturgiques de Kinshasa, ma nièce cherchait en vain à apercevoir un photographe ou un cameraman. Pourtant, ils bien étaient là, puisque les images qui nous parviennent existent. Ma nièce a fini par comprendre lorsque je lui ai expliqué que le photographe n’est pas un acteur liturgique. Dans la vie de l’Eglise du vingt-et-unième siècle, les photos, nous en avons besoin. Le pape, le premier, en a besoin pour l’évangélisation du monde. Mais le photographe qui montre ne doit pas se montrer lui-même. Photographe, efface-toi.

Jean-Baptiste MALENGE Kalunzu
jbmalenge@gmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.