Accéder au contenu principal

Sœur Marie-Justine Mpaka, Fille de saint Paul, a célébré ses 25 ans de vie consacrée




  Transmettre entre les générations le charisme de la congrégation des Filles de saint Paul, c’est le sens du symbole choisi par sœur Marie-Justine Mpaka Babeki lors de la célébration de ses vingt-cinq ans de vie consacrée. A l’offrande de la messe concélébrée le dimanche 18 septembre dans la cour de la communauté du postulat Reine des apôtres de Kinshasa-Limete, la religieuse a reçu un vase de la sœur Carla Dugo, missionnaire italienne. A son tour, elle l’a transmis à la postulante Rolande Mbala. 

A l’homélie de la messe, le père Baudouin Mubesala, missionnaire oblat de Marie Immaculée, a félicité la sœur Mpaka pour sa fidélité et pour sa générosité à l’appel de Dieu. Puisque beaucoup t’ont aidée sur ton cheminement, a-t-il exhorté, te voilà toi aussi responsable pour en aider plusieurs. Ancienne supérieure des Filles de saint Paul en RDC et en Côte d’Ivoire, Marie-Justine Mpaka est actuellement membre de la communauté du postulat à Kinshasa-Limete. 


A la fin de la messe, sœur Mpaka a souligné le triple motif de sa joie : avoir été aimée, choisie et envoyée, appartenir au Christ en tant que paulinienne, et voir fleurir les vocations dans toute la famille paulinienne. 

Et la chorale a exécuté pendant l’action de grâce un chant composé par la jubilaire remerciant le Seigneur pour la vocation, pour les parents et pour toutes les grâces reçues. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.