Accéder au contenu principal

Nouveaux prêtres au diocèse d’Inongo



Au diocèse d’Inongo, dans la province du Mai-Ndombe, monsieur l’abbé Olivier Bonianga a célébré sa première messe le lundi 31 novembre dans l’église paroissiale Notre-Dame de Fatima à Oshwe.
L’évêque d’Inongo, Mgr Philippe Nkiere, a ordonné prêtres à Oshwe, la veille, dimanche 30 novembre, messieurs les abbés Olivier Bonianga, François Mamve et José Monemo. Olivier Bonianga est originaire de la paroisse d’Oshwe où la précédente ordination sacerdotale a eu lieu voilà vingt-neuf ans. Toute la zone d’Oshwe s’est donc donné rendez-vous pour vivre le grand événement. Tous ont vu comment on devient prêtre.


Trente-six prêtres ont concélébré. Après la messe, tous se sont réunis pour le repas offert par la paroisse d'Oshwe suivi des manifestations publiques et des danses folkloriques avec le groupe Lokilinda d'Oshwe et Moyene de Kutu.
Dès le mardi 1er novembre, certains invités et les membres du clergé ont pris la route ou la pirogue en direction de la ville de Nioki. Le dimanche 6 novembre, Mgr Philippe Nkiere ordonnera quatre autres prêtres : messieurs les abbés Arnold Booto et Fabrice Iyanza et les deux frères jumeaux Mbo et Mpia Bayangela. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.