Accéder au contenu principal

A la session de la Chaire Cardinal Malula, le jésuite Mpay Kemboli évoque la sagesse de l’Egypte ancienne






La quarante-septième session de la Chaire Cardinal Malula organisée par l’Institut Africain des Sciences de la Mission s’est tenue le week-end du 27 au 28 mai, comme d’habitude, à l’Institut Saint Eugène de Mazenod des missionnaires oblats de Marie Immaculée, à Kinshasa-Kintambo. Le père jésuite Mpay Kemboli, égyptologue, doyen de la faculté de philosophie de l’Université Loyola du Congo, a animé deux conférences-débat sur le thème : « La conscience du bien et du mal en Egypte ancienne ».


L’égyptologue jésuite s’est posé la question du secret de la puissance des pharaons de l’Egypte. Les échanges avec l’auditoire ont porté sur la pertinence et l’héritage de la sagesse égyptienne dans l’Afrique d’aujourd’hui et sur la relation avec la foi de l’Africain chrétien d’aujourd’hui.
Pour le père Kemboli, l’Africain est tributaire des deux sagesses. Le jésuite a épinglé, par exemple, le fait que l’Egypte et pas seulement Bethléem était aussi la maison du pain, lieu d’hospitalité.
Le vicaire provincial des missionnaires oblats de Marie, le père Paul Manesa, avait rappelé les origines égyptiennes de bien des peuples de la RDC. Et le directeur de l’Institut Africain des Sciences de la mission, le père Jean-Pierre Bwalwel, a évoqué la mémoire du patron de la Chaire, feu le cardinal Joseph-Albert Malula, dont la pensée inspire la recherche en théologie et en missiologie africaine. 

 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.