Accéder au contenu principal

« Kinshasa, laboratoire de réflexion sur la mission oblate en Afrique »



Kinshasa est un laboratoire de réflexion pour la mission des missionnaires oblats de Marie Immaculée en Afrique. Le supérieur provincial des Missionnaires oblats au Cameroun et président de la Région Afrique-Madagascar, le père Edouard Dagavounansou, l’a déclaré le 17 novembre à Kinshasa à l’issue d’une rencontre de quatre jours du comité pour la mission oblate dans la région Afrique-Madagascar. Le père Jean-Pierre Bwalwel, directeur de l’Institut Africain des Sciences de la Mission, est le président de ce comité.

Le père Dagavounansou faisait allusion justement à cet Institut et à la Revue Africaine des Sciences de la Mission publiée par l’Institut supérieur Saint Eugène de Mazenod à Kinshasa-Kintambo. « Nous avons la chance d’avoir cet institut. Il faudrait que nos scolastiques en profitent. Kintambo doit être un lieu des merveilles pour nous », a déclaré le père Dagavounansou lors de clôture de la rencontre dans la maison provinciale oblate de Kinshasa-Barumbu.
Le tout nouveau supérieur provincial du Congo, le père Joseph Ntumba, avait le premier pris la parole comme hôte. Il a déblayé le terrain en rappelant la pensée du fondateur des missionnaires oblats, saint Eugène de Mazenod. Pour le père Ntumba, mener une réflexion sur le sens de la mission en Afrique rejoint bien saint Eugène de Mazenod, qui a fondé la congrégation pour la mission. Et pour saint De Mazenod, la mission repose sur la consécration religieuse. Les Oblats sont des missionnaires religieux, cette identité est leur carte de visite.
Le père Marcel Thiaw, du Sénégal, recommande la mise sur pied de modalités d’une plus ferme collaboration pour que l’Institut Africain des Sciences de la Mission devienne de plus en plus une vraie opportunité pour la congrégation des Oblats et pour toute l’humanité. La formation doit emmener les jeunes Africains à se sentir dépositaires du charisme de saint Eugène de Mazenod au bénéfice de toute la congrégation.
Pour le père Singini Nacidze, de la Zambie, le voyage au Congo a conduit vers le centre de la mission oblate en Afrique voire dans le monde. Car ce qui se fait à Kinshasa est simplement merveilleux et ne laisse pas de place au pessimisme. Le Christ est ressuscité, et nous en sommes témoins aujourd’hui. L’Afrique est aussi témoin de la résurrection de la RDC.
Le père Mathomola Sekoto, d’Afrique du Sud, a tout aussi remercié pour avoir vécu à Kinshasa la réalité qui fait le plaisir de devenir oblat de Marie Immaculée et de le demeurer. 



Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Des églises en construction dans les diocèses de Tshumbe et de Mahagi-Nioka

Sept nouvelles églises paroissiales sont en construction dans le diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. L’évêque de Tshumbe, Mgr Nicolas Djomo, annonce la nouvelle en saluant l’effort fourni par le peuple de Dieu et particulièrement par des prêtres qui mettent à contribution des amis et bienfaiteurs. L’église saint Louis de Wembonyama est en phase de finition. Le presbytère suivra bientôt. Suivront aussi les églises paroissiales de Wembe St Pierre et Songo St Jean à Tshumbe, puis St Mathieu à Lodja Cité et la dernière à l’Université Notre-Dame de Tshumbe.