Accéder au contenu principal

Pauvreté volontaire et exemple de travail


Mercredi, 22 août. Au calendrier liturgique, fête de la Vierge Marie Reine. A Kikwit, dans la province du Bandundu, les sœurs annonciades d’Heverlee ont choisi cette date pour les premiers vœux de religion de huit novices : Charlotte Atweka, Catherine Bilo, Léonie Kalunga, Marie-Claude Kibulu, Monique Kokonyimi, Julienne Miningongo, Véronique Mulembe et Arlette Muyangi.

Les annonciades doivent leur nom à l'Annonciation faite à Marie...

L’évêque de Kikwit, Mgr Marie-Edouard Mununu, a présidé l’eucharistie de circonstance dans la chapelle du noviciat situé non loin de l’église paroissiale du Sacré-Coeur. Une quinzaine de prêtres ont concélébré, dont le vicaire général de Kikwit, Mgr Bertin Kipanza.

La supérieure régionale des annonciades en RDC, sœur Béatrice Mutungidimbu, a reçu les vœux de ses jeunes consœurs après qu’à l’homélie de la messe, Mgr Mununu a expliqué aux religieuses, à leurs parents et amis présents non seulement la place de corédemptrice de Marie dans le plan de salut divin mais aussi le sens des vœux de chasteté, pauvreté et obéissance, qui feront participer les religieuses au salut de l’humanité en Jésus-Christ.

Pasteur et docteur de la foi pour le diocèse, l’évêque de Kikwit a rappelé son enseignement sur la Vierge Marie dispensé le 12 août dernier, en la célébration, en RDC, de l’Assomption de la Vierge Marie. Et sur les vœux de religion, Mgr Mununu s’est appesanti sur le vœu de pauvreté. « Ne volez jamais », a-t-il martelé à l’adresse des huit nouvelles soeurs annonciades. Mgr Mununu, religieux trappiste lui-même, a expliqué que la pauvreté religieuse est une pauvreté volontaire, distincte de la pauvreté commune subie par le peuple congolais. Et que c’est au nom de la pauvreté religieuse que les consacrés s’adonnent au travail pour le développement du peuple.

Mgr Mununu a félicité les sœurs annonciades pour l’élevage et les champs de maïs et d’arachides entourant le noviciat. Mgr Mununu a invité l’assistance à tirer exemple du travail des religieuses pour s’engager chacun selon ses possibilités plutôt que de voler. L’évêque s’est dit victime de vol dans ses champs de manioc à Kibangu, à sept kilomètres du centre-ville de Kikwit. Ce vol l’empêchera de faire le bien aux pauvres et aux malades, par exemple.

Mgr Mununu a également insisté sur le devoir de chaque religieuse et de chaque chrétien de se faire accompagner par un directeur spirituel afin de s'améliorer sur le chemin de la sainteté.

Après le repas festif partagé avec la cinquantaine des sœurs annonciades venues de Kinshasa, des communautés du diocèse de Kikwit ou du Cameroun où elles sont en mission, Mgr Marie-Edouard Mununu a émis quelques dernières recommandations pour le travail apostolique des religieuses. Elles attendent de savoir, comme chaque année, à pareille occasion, leur nouvelle affectation missionnaire.
A Kingandu, à Kikwit, à Totshi et à Kimbongo, notamment, les sœurs annonciades tiennent des écoles primaires et secondaires. « Ne pactisez jamais avec des pratiques de tricherie. Faites de vos écoles des écoles de qualité », a exhorté l’évêque.

Les sœurs annonciades tiennent aussi des dispensaires, maternités et hôpitaux. « Ne portez jamais atteinte à la vie, même si l’on vous propose de l’argent », insiste Mgr Mununu, invitant les religieuses à assurer partout la présence religieuse comme garantie de développement de la nation congolaise. Qu’elles collaborent et se soutiennent mutuellement.

Enfin, Mgr Mununu les a remerciées pour la joie qu’elles lui ont causée en la fête de Notre-Dame, la Vierge Marie Reine.



Reconnaissante à son tour, la maîtresse des novices, soeur Doryne Makeya, a suivi Mgr Mununu jusqu’au pied du véhicule. Elle lui a remis, pour l’élevage personnel, un couple de pigeons. C’est comme dans la Bible, a interprété la supérieure régionale du Congo, soeur Béatrice Mutungidimbu.






Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.