Accéder au contenu principal

A Rome et à Ifwanzondo : le jubilé d'or du frère Constantin Etshime, o.m.i.


Le trente-cinquième Chapitre général des missionnaires oblats de Marie Immaculée, ouvert le 8 septembre à Rome, a eu un écho particulier, le dimanche 12 septembre, dans l’église paroissiale Cœur immaculé de Marie à Ifwanzondo, au diocèse d’Idiofa, dans la province du Bandundu.
En début de l’eucharistie dominicale présidée par le père Jean-Marie Wenze, lecture a été donnée du message adressé de Rome par le supérieur provincial des missionnaires oblats de la RDC, le père Macaire Manimba, au frère Constantin Etshime pour ses cinquante ans de vie consacrée. Le message félicite le jubilaire et le remercie pour son témoignage de persévérance dans la consécration religieuse, dans une vie de sérénité et l’exemple de stabilité.
Constantin Etshime, chef-mécanicien au garage d’automobile d’Ifwanzondo, est un homme qui a beaucoup aimé et qui a beaucoup donné. Le supérieur provincial des oblats lui souhaite plus de fidélité encore dans sa vocation religieuse et missionnaire et son enracinement dans la foi.
Pour le père Wenze, le secret de la stabilité et de la persévérance du frère Etshime réside dans la fidélité à la Règle oblate reçue le jour de ses premiers vœux de religion, le 8 septembre 1960.
Le 12 septembre 2010, le frère Etshime a redit ses promesses de chasteté, pauvreté et obéissance, ainsi que de persévérance dans la congrégation des missionnaires oblats de Marie Immaculée. Le père Benoît Kabongo, venu de mission en France, a reçu la rénovation des vœux au nom du supérieur provincial, le père Macaire Manimba, et au nom du supérieur général, le père William steckling.
Pour entourer l’heureux jubilaire dans l’action de grâce au Seigneur, vingt prêtres ont concélébré à l’autel. Des prêtres diocésains d’Idiofa et des missionnaires oblats de Marie Immaculée venus aussi bien d’Idiofa et d’Ifwanzondo que de Kikwit, de Kinshasa, de France et d’Italie.
Il y avait aussi des amis et parents du jubilaire venus de partout et notamment de la paroisse de Mangai II, où le frère est né et où il a vécu après son baptême, à Ipamu, en 1938.
Il y avait aussi des religieuses de la Sainte Famille de Bordeaux et des salésiennes de la visitation.
En fin de l’eucharistie, le frère Constantin Etshime a remercié les uns et les autres de l’avoir accompagné à l’autel du Seigneur pour l’action de grâce. Il a ensuite raconté sa vie et l’histoire de la vocation religieuse oblate et de religieux non-prêtre.
Parmi les auditeurs très intéressés réunis dans l’église cœur immaculé de Marie, il y avait des élèves de l’institut saint Jean Bosco d’Ifwanzondo et les huit novices qui ont commencé leur noviciat le 15 août 2010.
A tous, le frère Constantin Etshime a révélé le secret de sa persévérance : la prière et le travail au service des autres.



Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.