Accéder au contenu principal

Annoncer la bonne nouvelle des élections 2011

Les élections se déroulent dans quelques semaines, dans quelques jours. Et en un jour. Tout est mûr partout. Mais un fruit mûr, si on ne le cueille pas à temps, il peut se dégrader, pourrir, et sa consommation peut nuire à la santé. Pourtant, il semble bien que nous soyons, en ce 25 octobre, trop près des dates fatidiques. La campagne électorale s’ouvre dans trois jours.

Le temps est ainsi bien mûr. Un peu trop. Il est grave. Il s’agit d’une urgence. Dans la Bible, Jean-Baptiste a harcelé ses contemporains pour leur rappeler de sortir du sommeil. Jean-Baptiste l’a fait comme tant d’autres prophètes avant lui et après lui. Comme Jésus lui-même, d’ailleurs. Dans l’Eglise, nous en sommes aujourd’hui à prolonger pour notre temps ce ministère prophétique. Les opérateurs des communications sociales devraient, autant sinon plus que les évêques, les prêtres et les diacres, se sentir appelés à leur manière à sonner le réveil, voire à tirer la sonnette d’alarme. 

On peut, à juste titre, penser, effectivement, qu’en période électorale, période de tous les enjeux et défis, il y a danger des irruptions… volcaniques. Tous les désirs contenus se déchaînent. Nous l’avons vécu en 2006, et nous allons le vivre maintenant encore. La démocratie est au bout d’un tel passage, sans doute. Et il s’agit donc de participer, de travailler à cet avènement.
Et à Kananga, les opérateurs des médias catholiques réfléchissent sur les enjeux et les défis en ce temps, en cette période électorale.
Je voudrais vous proposer ici ma lecture des signes de ces temps. C’est une manière de lire les enjeux et les défis. Les enjeux reviennent essentiellement au fait que chacun de nous est forcément interpellé et impliqué dans la situation présente. Il s’agit d’exercer un devoir civique, patriotique en mesurant sa citoyenneté. Il s’agit aussi de penser que l’avenir de la société dépend du geste à poser, du comportement public de chacun dans la journée du 28 novembre. Les défis consistent alors dans les trois verbes : annoncer, dénoncer et renoncer.
Les enjeux et les défis valent pour tout le monde, mais voici quelques particularisations pour les opérateurs des médias. Le critère est donné par le code de déontologie des journalistes et, pour nous, aussi par l’enseignement social de l’Eglise. En la matière, l’Eglise nous donne le double critère de la dignité humaine et du bien commun.
1.               Pourquoi voter ?
Le nombre des enrôlés, en 2011, a dépassé de quelque cinq millions celui de 2006. On peut discuter sur les chiffres ici et là, mais voilà le constat global communiqué par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). En majorité, semble-t-il, le Grand Kasayi s’était abstenu, en effet, et vous voilà embarqués maintenant avec les autres provinces. Selon les chiffres de la CENI, le Kasai occidental présentera aux élections prochaines 2 661 245 électeurs, soit un nombre plus élevé que celui du Kasai oriental, du Sud-Kivu, du Bas-Congo et du Maniema.
Il n’est donc pas impossible que certains parmi les communicateurs catholiques de Kananga en soient à leur toute première expérience ! Mais qu’ils n’en aient pas honte !
Mais on aimerait vivre la surprise agréable survenue en Tunisie dimanche dernier. On craignait un faible taux de participation, mais les électeurs se sont présentés à plus de nonante pour cent. Ils ont vécu, là-bas, leurs toutes premières élections démocratiques depuis l’indépendance du pays en 1956.
Au Cameroun, où le président Paul Biya est au pouvoir depuis vingt-neuf ans, les élections présidentielles du 9 octobre se sont caractérisées par un faible taux de participation, selon la presse. La Cour suprême a déclaré que le taux était de 65,82 %.
Qu’en sera-t-il chez nous ? Y aura-t-il controverse autour du taux de participation ? Ce serait déjà un indice malheureux. Qu’on se rappelle que selon la loi de notre pays, en 2006, personne n’était obligé d’aller au vote. Comme en France, alors qu’en Belgique, le vote est obligatoire !
Sauf au Kasayi, peut-être, en 2006, beaucoup, dans la population rurale notamment, s’étaient fait enrôler et sont allés voter pour éviter les tracasseries administratives. Les élections sont passées. La carte d’électeur a bel et bien servi de carte d’identité. Mais qui en a toujours eu besoin ? Et puis, il n’y a pas eu de contrôle policier pour arrêter ceux qui n’auraient pas voté.
Alors, quel que soit son âge et sa force physique, pourquoi se donner la peine d’aller voter, parfois sous la pluie, à des kilomètres de distance ?
Ensuite, en 2006, la trentaine de candidats à l’élection présidentielle et les milliers de candidats aux législatives avaient fait miroiter tant de promesses non tenues et même irréalisables : il n’est pas interdit aujourd’hui de se boucher les oreilles à la campagne qui va s’ouvrir bientôt.
Vraisemblablement, on pourrait penser qu’il n’y aura pas trop d’intérêt pour aller au vote cette fois-ci.
Voilà un enjeu pour la patrie. Un enjeu pour l’Eglise aussi. Et pour les communicateurs catholiques. Les évêques en ont pris la mesure. Lors de leur Assemblée plénière en juin dernier, ils ont tenu à rappeler leur option pour l’éducation civique et électorale. Voilà pourquoi la Commission épiscopale Justice et Paix a élaboré un programme ad hoc. Le bulletin « Ensemble pour un Etat de droit » rapporte ainsi le sentiment selon lequel « beaucoup de gens se découragent d’aller voter parce qu’ils n’ont pas vu grand-chose venir depuis les dernières élections ». A la question de savoir pourquoi voter, la Commission Justice et Paix répond : « Il faut prendre les élections de 2011 au sérieux car il s’agit d’un rendez-vous décisif pour la consolidation de la démocratie, de la paix, de la bonne gouvernance, des droits humains et du développement. Ces élections doivent représenter un progrès pour le Congo, les Congolaises et les Congolais. Le but ultime de ces élections est donc de choisir des personnes dignes, capables d’apporter des réponses aux grands défis qui sont lancés à la Nation » (Ensemble pour un Etat de droit, n° 46, juillet 2011, p. 1).
Voilà présenté l’enjeu le plus important aujourd’hui. Il s’agit pour l’Eglise et pour les communicateurs catholiques de rappeler au peuple le but et l’importance des élections. Il s’agit ainsi d’assurer ou de relayer l’éducation civique et électorale.
Le deuxième enjeu que je relève découle du premier. Et si le communicateur catholique se range lui-même parmi les sceptiques ou les déçus et les découragés ? La réponse ne doit pas être qu’il est dispensé de son devoir civique. Mais son droit doit être respecté. Il reste qu’il sera appelé, plus que quiconque, à s’interroger sur sa participation au bien commun.
Ce deuxième enjeu signifie plus simplement que le communicateur catholique comme sujet souverain peut aimer ou ne pas aimer aller voter, qu’il a des sentiments. En l’occurrence, il a le droit d’avoir une préférence pour tel ou tel parti politique, pour tel ou tel candidat. Mais il ne profitera pas des médias pour battre campagne. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) veille ainsi à éloigner des micros et des journaux, pendant la campagne électorale, tous les journalistes qui sont eux-mêmes candidats et tous les chargés de communication et autres porte-parole.
L’enjeu est donc celui-là : savoir se distancier par rapport à ses sentiments pour servir de façon « neutre ».
Les deux enjeux majeurs que je viens de relever sont à expliciter dans la manière d’aborder les défis de la démocratie.
2. Annoncer la bonne nouvelle des élections
Le premier défi est ainsi celui d’annoncer la bonne nouvelle des élections. Il ne suffit pas de dire qu’aller aux élections est une bonne chose. Encore faut-il expliquer en quoi et pourquoi. Tout le travail de la Commission épiscopale Justice et Paix fournit des éléments et du matériel pour cette tâche d’éducation civique et électorale. Au niveau national, par exemple, la Commission épiscopale Justice et Paix s’est associée avec la Commission épiscopale pour les communications sociales pour produire notamment une série d’émissions de radiodiffusion mises à la disposition des radios catholiques et communautaires.
Le communicateur catholique fera bien de collaborer ainsi avec toutes les instances compétentes et toutes les sources crédibles pour recueillir la bonne information. Les médias catholiques donneront aussi la parole à ceux et celles qui apportent l’information, de préférence, en ce temps de la campagne électorale, à ceux qui viennent se présenter eux-mêmes et profiter de nos tribunes pour la propagande.
Plus que jamais, le journaliste catholique sera professionnel en appliquant les règles de la profession. Il lui faut ainsi rapporter les faits avant tout commentaire. Les faits sont sacrés, le commentaire est libre, doit-il avoir appris. Le code de déontologie du journaliste parle de la recherche de la vérité. Il faut se rompre à la tâche, effectivement. La vérité se cherche. Elle n’est pas servie toute faite. Et ne peut la trouver que celui qui travaille à la trouver. Dans la profession, la différence réside là entre l’attaché de presse, le chargé de communication qui vend sa « nouvelle » et le journaliste qui confronte les « vérités » pour le plus grand bien du public.
Informer sur les détails de l’organisation des élections, par exemple, sera un service à rendre pour la formation du peuple. La semaine passée, le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, le pasteur Ngoy Mulunda, a entretenu la presse pour la rassurer : les élections auront bel et bien lieu le 28 novembre 2011. Et les journalistes ont posé des questions pour donner l’occasion d’éclairer l’opinion. On s’est rendu compte que l’interview avait été organisée pour combler un déficit de communication. Et les organisateurs avaient raison. La rumeur, les interprétations erronées et les malentendus sont monnaie courante dans notre société. Il faut éclairer l’opinion avec la bonne information.
Sur le sujet délicat de la revendication de l’opposition pour l’audit du serveur central de la CENI, un certain éclairage a pu être fourni. Et d’autres informations utiles. Ce sont des informations qui ne peuvent venir que de la CENI et non des partis politiques qui ont le droit d’exprimer leur opinion là-dessus mais sans inverser les rôles. Et justement, le peuple doit apprendre grâce aux médias les différents rôles des uns et des autres acteurs sociaux. Qui fait quoi dans une démocratie ? Voilà une tâche de formation, d’annonce de la bonne nouvelle.
Annoncer, c’est apporter l’information nécessaire, relater les faits. Le métier de journaliste est essentiellement celui de la relation des faits avant les commentaires et autres humeurs… Les médias congolais, en général, n’excellent pas dans cette distinction entre la relation des faits et le commentaire. On dit que c’est le péché de toute la Francophonie, contrairement aux Anglo-Saxons et à leurs « enfants » du Commonwealth et du monde anglophone. On dit que R.F.I. et la BBC n’exercent pas le même métier ! A vous de juger…
Le code de déontologie des journalistes en RDC (comme partout ailleurs) rappelle les exigences : même si les opinions, commentaires et critiques doivent être le fait de journalistes, il faut, de toute façon ; viser la vérité, l’objectivité. La vérité est une conquête plus qu’un acquis, rappelons-le. En période de compagne électorale, convenez qu’il est difficile parfois de savoir qui dit la vérité et qui dit le contraire. La relation des faits devient très sélective. Exemple : oui ou non les cinq chantiers sont en marche ? C’est oui ou non, selon que celui qui en parle est de la Majorité ou de l’Opposition. Mais au-delà de la Majorité et de l’Opposition, quelqu’un peut-il dire comme saint Jean : « Ce que nous avons vu et entendu, nous vous l’annonçons, afin que vous aussi soyez en communion avec nous » (1 Jean 1,3) ?
Mais un journaliste catholique, quel que soit son penchant, ne peut-il pas dire jusqu’où c’est oui et jusqu’où c’est non ? Le Christ dit : que votre oui soit oui, que votre non soit non. Le reste vient du diable.
L’annonce vise la vérité, la communion, le bien commun. Et saint Jean ajoute que cette communion est avec le Père et avec son fils Jésus-Christ. Nous sommes ainsi emmenés au niveau de la spiritualité et de la conscience. Et la parole ou l’écrit qui sort de nous touche ainsi à des valeurs qui demandent de ne pas transiger avec la conscience. Au contraire, il nous faut dénoncer le mensonge.


3. Dénoncer le mensonge
Avant, pendant et après les élections, nous pouvons facilement nous rendre compte de la manière dont les uns et les autres transigent avec leur conscience. Très instructive à ce sujet est la facilité avec laquelle des acteurs et actrices politiques changent de points de vue du jour au lendemain sur la même réalité. S’il faut les suivre pour annoncer la vérité, on en arrivera à déclarer noir ce qui est blanc et vice-versa dans le même rapport de temps et de lieu. Avant d’être immoral, ce comportement est déjà illogique, et au nom de la Parole de Dieu, il convient de le dénoncer en vue de préserver le bien commun et surtout de ménager les faibles, les pauvres, les analphabètes et les enfants qui peuvent ainsi être trompés. La tâche de la dénonciation est prophétique à ce point.
Invité par la presse à rassurer les téléspectateurs sur la tenue des élections le 28 novembre prochain, après qu’il avait donné tous les détails techniques, en ajoutant même une marge d’erreur possible et des défaillances techniques en disant « si tout va bien », le pasteur Ngoy a allégué sa bonne foi, et sa qualité de pasteur. Hélas, devant le scepticisme de la population face aux gouvernants et à tous les acteurs publics, c’est donc une question de foi aussi que celle de la communication. Une radio catholique, un média catholique ne relèvent-t-ils pas de cette dimension de crédit, de confiance ? Beaucoup iront donc de préférence vers les médias catholiques dans l’espoir de bénéficier d’emblée du coefficient de crédibilité.
Souvenez-vous qu’en 2006, une rumeur répandue sur internet a attribué à Radio Vatican d’avoir publié des résultats donnant le candidat Jean-Pierre Bemba vainqueur des élections. Il n’en a jamais été le cas. Mais ceux qui ont orchestré la manipulation avaient exprès choisi la « radio du pape » en raison, certainement, du crédit acquis d’avance. Mais ces instigateurs confirmaient aussi, au-delà de cet incident, la place de Radio Vatican pour dénoncer le mensonge.
Aujourd’hui encore, dans notre pays, des milieux sont restés convaincus que la Conférence épiscopale détiendrait les « vrais » résultats des élections présidentielles de 2006 et que ceux-ci déclareraient vainqueur Jean-Pierre Bemba, au-delà du contentieux résolu à la Cour suprême où le Mouvement de Libération du Congo n’avait pas pu fournir des preuves de tricheries…
C’est qu’il y a la tricherie dans la tête des Congolais et la possibilité de tricherie lors des élections. Les opérateurs catholiques auront donc aussi cette tâche de la dénonciation. Mais comme dit plus haut, il faut réunir des preuves. La diffamation, la calomnie sont proscrites par la déontologie. Travailler à réunir des preuves signifie, par exemple, s’organiser pour placer, dans les bureaux de vote, des témoins et observateurs formés par les partis politiques ou la société civile. La Conférence épiscopale a promis de former trente mille observateurs, mais le nombre est bien insignifiant pour l’étendue du pays. Les médias catholiques devraient suppléer en relayant les observations…
Le défi de la dénonciation est à appliquer aussi en amont par la vigilance à ne pas brader le crédit de l’Eglise. Le droit canonique interdit aux ecclésiastiques de se porter candidats aux élections ou d’adhérer à un parti politique. La Conférence épiscopale a rappelé aussi l’interdiction de donner la parole à des acteurs politiques lors des célébrations liturgiques. Ces dispositions n’ont pas toujours reçu une vulgarisation et une explication. Il convient de le faire maintenant et de veiller à l’application afin de préserver non seulement le respect des lieux sacrés mais aussi la conscience des uns et des autres dans un domaine où les passions s’allument facilement et peuvent jeter le discrédit sur les ministres de l’Eglise qui l’auraient autorisé. De tels ministres seront du jour au lendemain étiquetés et pourraient s’aliéner une partie du peuple de Dieu.
Cette dénonciation demande du courage dont on n’est pas toujours capable. Encore une fois, il faut invoquer la force de l’Esprit. Avec une telle force, on peut aussi renoncer même à la dénonciation.
4. Renoncer à la dénonciation
Voilà un défi qui pourrait vous surprendre. Ainsi formulé, il ne signifie pas du tout la lâcheté ou la complicité passive avec le mal. Il s’agit, au contraire, de voir plus loin que le mal immédiat.
La semaine dernière, le pasteur Ngoy Mulunda a dit accéder à la demande de l’UDPS d’ « auditer » le serveur central de la CENI. La loi ne le prescrit nulle part. La CENI aurait même dû refuser cette immixtion dans ses prérogatives légales. Mais, après des semaines et des mois de polémique, le pasteur annonce que l’UDPS et les partis alliés de l’Oppositon vont accéder au serveur, même si la Majorité restée indifférente n’a pas répondu au souhait de la CENI de ne faire cette concession qu’en présence des deux parties. Pourquoi cette violation expresse de la loi ? Le pasteur Mulunda déclare que c’est pour la paix. Lui qui s’est fait champion de l’instauration de la paix, de la résolution des conflits, voilà ce qu’il propose. Et cela est fait. Et, apparemment, personne ne crie à la violation d’une quelconque loi. Le vice-président de la CENI, Ndjoli, venu du Mouvement de Libération du Congo, parti de l’Opposition, a expliqué pour sa part que cet audit n’était pas utile, mais que la CENI l’avait concédé pour la paix. La CENI a toujours expliqué, en effet, que le vote sera manuel, que le résultat viendra du comptage manuel des bureaux et non du serveur central qui a servi seulement à dresser les listes électorales…Bref, pour avoir la paix, on peut renoncer même à ses droits.
Un autre exemple nous vient du Cameroun. Au Cameroun, les évêques ont appelé à ne pas descendre dans la rue après les résultats de la présidentielle. Ceux qui suivent l’actualité savent pourtant combien les évêques camerounais exigeaient la transparence dans la tenue des élections.
Voici une dépêche de l’Agence France Presse du jeudi 20 octobre :

Les évêques camerounais ont invité jeudi les populations à ne pas descendre dans la rue après la proclamation vendredi des résultats de la présidentielle du 9 octobre.

"Camerounais, camerounaises de toutes sphères sociales, ne descendez pas dans la rue. Restez sourds aux appels à la violence et au désordre qui vous sont lancés", ont écrit les évêques dans une déclaration lue par Mgr Joseph Atanga, président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (CENC). "Tout mot d'ordre de manifestation donné par des leaders de certains partis politiques est irresponsable", a-t-il ajouté, préconisant le respect du verdict des résultats de la présidentielle.

Or, un éditorial de l’Effort camerounais, journal de la Conférence épiscopale du Cameroun, écrivait plutôt ceci :

« EDITORIAL: La valeur de la paix
J.B.P. Nlend
Les démagogues nous font croire que la paix n’a pas de prix. Le disant, ils affament et exploitent sereinement le peuple. On ne peut pas tout accepter, même au prix de la paix. La paix vaut un prix, et il appartient à tout le monde de le payer. Il revient d’abord aux autorités souveraines de l’Etat d’instaurer et de sauvegarder la paix dans une nation. »


Voilà donc deux attitudes apparemment contradictoires. Je devrais m’abstenir ici de faire un commentaire. Voici plutôt deux textes de l’évangile à propos du figuier stérile :

Matthieu 21,18-19
  18 Comme il rentrait en ville de bon matin, il eut faim.  19 Voyant un figuier près du chemin, il s'en approcha, mais n'y trouva rien que des feuilles. Il lui dit alors: "Jamais plus tu ne porteras de fruit!" Et à l'instant même le figuier devint sec.

Luc 13,6-9
Il disait encore la parabole que voici: "Un homme avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint y chercher des fruits et n'en trouva pas.  7 Il dit alors au vigneron: Voilà trois ans que je viens chercher des fruits sur ce figuier, et je n'en trouve pas. Coupe-le; pourquoi donc use-t-il la terre pour rien?  8 L'autre lui répondit: Maître, laisse-le cette année encore, le temps que je creuse tout autour et que je mette du fumier.  9 Peut-être donnera-t-il des fruits à l'avenir... Sinon tu le couperas.

Voilà le même Jésus qui aurait deux attitudes différentes selon saint Matthieu et selon saint Luc. Je m’abstiens de chercher l’explication de l’apparente contradiction. Je vous laisse en discuter entre vous. Il me suffit de vous rappeler que saint Luc est présenté comme l’évangéliste du pardon.
Et le pardon nous est présenté, dans la foi, comme la possibilité offerte pour l’avenir. Pourquoi ne pas penser que les évêques du Cameroun pensent à l’avenir du pays au-delà des élections qui voient le président Biya rempiler pour la énième fois ? Les évêques parlent de paix, et l’éditorialiste semble révoquer la paix. Le développement est le nouveau nom de la paix, rappelle-t-il dans l’article, en citant ainsi le pape Paul VI. Justement, que nous dit l’enseignement social de l’Eglise ?
Il convient de répondre à cette question en entrant ces jours-ci dans la période chaude de la campagne électorale. Au-delà de la victoire ou de l’échec des uns et des autres, voulons-nous encore un Congo ou voulons-nous l’Apocalypse ? La réponse est toute prête pour beaucoup. Elle n’est pas nécessairement la même entre nous chrétiens.
Renoncer à la dénonciation ne signifie pas lâcheté. C’est peut-être une entrée dans l’espérance. Dans le devoir d’espérance. Une vertu théologale, avec la foi et la charité.
Dans l’existence personnelle ou communautaire, il y a des moments où nous devons penser à l’espérance. Nous devons, par exemple, croire que la vie ne finit pas avec la mort. Nous pouvons ainsi penser que les élections qui arrivent ne seront pas la fin du Congo. Et dans cette espérance, nous pouvons affronter avec plus de sérénité les moments qui arrivent. Et nous pouvons d’autant annoncer la bonne nouvelle des élections.
Le code de déontologie des journalistes de la RDC, « adhérant à la déclaration de Munich », a introduit des particularités propres à un pays qui a connu des rébellions et qui entend, en toute responsabilité, sortir de la situation des conflits et prévenir toute guerre. L’article 12 est ainsi stipulé qu’un bon journaliste doit « promouvoir la culture nationale, la citoyenneté responsable et les vertus républicains de tolérance, de pluralisme des opinions et de démocratie, ainsi que les valeurs universelles de l’humanisme : paix, égalité, droits de l’homme, progrès social. »
Terminons par vous inviter à relire l’appel pressant de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) publié le 8 septembre dernier. En voici le tout premier numéro : « Deux mois avant la tenue des élections, certaines villes de la RDC, particulièrement la ville de Kinshasa, viennent de connaître des actes de violence ayant conduit à la destruction des infrastructures et à la mort d’homme. Nous, Cardinal, Archevêques et Evêques de la République Démocratique du Congo, consternés par ces événements, saisissons cette occasion pour lancer  un appel pressant à la retenue. » (« Le sage domine sa colère » (Pr 29,11) Appel des évêques de la Cenco à la paix face aux violences en cette période préélectorale.)
Conclusion
Permettez-moi de conclure. Au moment où commence la période de la campagne électorale, le rôle des communicateurs catholiques est délicat. Les uns et les autres candidats aux élections passeront, ouvertement ou insidieusement, pour tenter de séduire voire de détruire les adversaires. Il faut dire la vérité, établir ou rétablir les faits ; il faut aussi exiger le respect des uns et des autres, au nom de la charité. Concilier vérité et charité en vue de la paix, du bien commun. Il va sans dire que pour s’acquitter d’un tel rôle, nous avons besoin d’une force plus grande que nos simples sentiments et convictions et notre seule bonne volonté. Le communicateur catholique, qui aura usé de tous les ressorts professionnels, trouvera cette force de l’Esprit dans la prière.

Que Dieu vous bénisse.

Père Jean-Baptiste Malenge

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.