Accéder au contenu principal

Molegbe : Mgr Bulamatari réagit contre la mort de présumés sorciers



L’évêque de Molegbe, dans la province de l’Equateur, Mgr Dominique Bulamatari, a publié une lettre ouverte et il a fait lire un communiqué sur la radio locale pour réagir contre l’assassinat, à Gbadolite, le lundi 23 janvier, d’une femme et de deux hommes brûlés vifs. Ils avaient été accusés d’avoir ensorcelé et rendu malade un jeune homme de vingt-quatre ans et causé son échec aux examens de fin d’études secondaires. La femme était la marâtre du jeune homme et les deux hommes, des voisins de la famille.
Aussitôt informé, vers midi, l’évêque de Molegbe s’est rendu au cimetière, il a dit la prière avant l’enterrement des défunts par des agents de la Croix-Rouge.
« Maintenant, écrit Mgr Bulamatari, je vais réunir tous les enseignants et tous les professeurs de nos écoles catholiques de la place, ainsi que les élèves des classes terminales du secondaire, pour une autre sensibilisation au respect sacré de la personne humaine parce qu'image de Dieu. Et j'insisterai sur le fait que des gens intellectuels ne peuvent pas admettre le recours à la sorcellerie pour expliquer un échec aux examens d'Etat et l'état de mauvaise santé physique. ...Il faut certainement d'autres actions pour conjurer ces dérives à cause de la sorcellerie... Que Dieu nous y aide! »

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.