Accéder au contenu principal

"Femmes paysannes" de Lozo-Munene

Lors de la messe des prémices d'un prêtre du village, elles ont porté un nouvel uniforme. L'ancien, elles l'ont prêté à la chorale. Les "femmes paysannes" de Lozo-Munene, dans la province du Bandundu, étaient fières de se présenter ainsi en public, vêtues d'un nouveau pagne. C'est le résultat du travail et de l'organisation.


Elles ont appris que les courges, cultivées en petit jardin ou en un champ pour les besoins de la famille, pouvaient se produire en plus grandes quantités. Le curé du village s'est porté client pour acheter des sacs entiers. Les femmes ont ainsi cultivé des champs entiers. Et elles ont gagné assez d'argent pour se permettre des achats pour des acquisitions. Elles ont satisfait leurs désirs, sans besoin d'implorer leurs maris (ou parents).

Et ces femmes ont créé l'association "Femmes paysannes de Lozo-Munene". Elles ont acheté quelques machines à coudre. L'intention est d'assurer quelques cours pratiques de coupe-couture pour certaines d'entre elles. Elles ont d'autres rêves encore...


Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.