Accéder au contenu principal

Semaine sainte à Kinshasa, Boma, Idiofa et Butembo



L’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent monsengwo, a intitulé son homélie de Pâques “N’ayez pas peur... Il est ressucité”. Le texte a été lu dans toutes les églises de l’archidiocèse pour inviter à la confiance, à l’optimisme malgré les difficultés dans la vie personnelle et dans la société congolaise d’aujourd’hui.

Jésus de Nazareth, le Crucififé est ressuscité. L’annonce vient de l’ange qui demande de ne pas avoir peur. Le message vient du ciel pour dire que Dieu ne vient pas en ennemi mais en ami, en sauveur. Le Christ a vaincu la mort et toutes les forces du mal. Désormais, la victoire du Christ est la victoire de l’humanité. Le Christ a vaincu le monde, et aucune force extérieure à l’Eglise de Dieu ne peut détruire celle-ci. Et désormais donc, l’histoire de l’humanité est rectiligne, elle n’est pas cyclique.
Pour que notre vie trouve un sens dans le quotidien, dit l’archevêque de Kinshasa, nous devons ressusciter comme le Christ et avec Lui, c’est-à-dire faire peau neuve, rejeter le péché de notre vie, et avec la grâce de Dieu, nous engager dans une vie nouvelle. Que les yeux fixés sur le Crucifié, nous construisions une société de frères et de soeurs, souhaite le cardinal Laurent Monsengwo. “Accueillons la bénédiction que le Christ est devenu pour nous, menons une vie de bénédictions digne de notre baptême et non une vie de malédictions enracinée dans le péché, dont nous avons été libérés de l’esclavage par le Christ. Assainissons notre ‘écologie humaine’, notre milieu de vie quotidienne, individuelle, familiale, sociale, professionnelle. Reconstruisons avec ardeur le tissu moral et spirituel de notre pays, grâce à une cohérence chrétienne ouverte sur les autres confessions chrétiennes et sur la nation”. Fin de citation.
Au diocèse de Boma, dans la province du Bas-Congo, Mgr Cyprien Mbuka a invité le peuple de Dieu à l’espérance et à la joie. “Encourageons-nous les uns les autres dans les moments d’angoisse, de tristesse; entraidons-nous dans les moments de manque et de pauvreté ; soutenons-nous dans les moments de crise.
Les raisons du désespoir ne manquent pas, a dit Mgr Mbuka, lors de la veillée pascale dans la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption. L’évêque de Boma en a énumérées : “Les élections de novembre 2011 ont suscité pas mal d’insatisfaction, provoquant même divisions et méfiance parmi les citoyens. La pratique de la TVA a semé une certaine panique dans les milieux économiques, induisant l’augmentation du coût de la vie. La panne électrique généralisée dans le Bas-Congo a provoqué des deuils par-ci par-là à cause du manque d’eau qu’elle a entraîné. La menace du choléra plane sur nous. La prolongation inattendue de la petite saison sèche annonce une récolte maigre ». Mais plutôt que de se décourager, il faut regarder vers la lumière, il faut  avoir le courage et l’audace de marcher sur le chemin illuminé par le Fils de Dieu, chemin de paix, de joie, de vérité, de justice et de liberté, suggère l’évêque de Boma.
Lors de la veillée pascale, l’évêque d’Idiofa, dans la province du Bandundu, a rappelé que Pâques porte essentiellement le message de l’amour infini de Dieu et de l’accomplissement de ses promesses. Mgr Joseph Moko a souhaité que les chrétiens d’Idiofa se confirment dans la foi afin d’être, à leur tour, des messagers de la Bonne Nouvelle de la résurrection. Mgr Moko les exhorte à se renouveler dans l’attachement à la foi du baptême et à rejeter Satan et ses oeuvres : la jalousie, la division, la haine, la médisance, la corruption, etc.
L’évêque d’Idiofa parlait en langue locale kikongo ; un hôte de marque se faisait traduire toute la liturgie du triduum pascal. C’était Mgr Joseph Doré, évêque émérite de Strasbourg en France. Le mardi saint, il a concélébré lors de la messe chrismale dans la cathédrale saint Kizito, et le jeudi saint, après la messe du soir, il a participé au banquet offert aux prêtres dans la salle Bienvenu Noailles du lycée Laku-Lanza.
Lors de la messe chrismale dans la cathédrale Notre-Dame du Congo, à Kinshasa, le mercredi saint, 4 avril, le cardinal Laurent Monsengwo a entretenu les prêtres sur « le péché du prêtre ». « Le péché du prêtre crée spirituellement une situation pénible, paradoxale sinon contradictoire », a-t-il dit. Il a examiné les cas de Judas et de Pierre, et il a exhorté à garder confiance dans la miséricorde du Seigneur, qui est toujours du côté du pécheur.
Dans la Cathédrale Mater Ecclesiae de Butembo, dans la province du Nord-Kivu, Mgr Melchisédech Sikuli a célébré la messe chrismale le mardi saint. Il a expliqué aux fidèles que la messe prévue pour le jeudi était anticipée pour permettre aux prêtres de desservir les paroisses à temps pendant le Triduum pascal. L’évêque de Butembo-Beni a annoncé l’ouverture, en octobre prochain, par le Saint-Père, de l’année de la foi, à l’occasion du cinquantenaire du concile Vatican II. Le tout premier évêque du diocèse, Mgr Henri Pierrard avait participé aux travaux du concile du début à la fin. S’adressant à la centaine des prêtres qui concélébraient, Mgr Sikuli les a exhortés à se donner sans réserve à l’annonce de la Bonne Nouvelle, au témoignage et au service des plus petits et des plus pauvres. L’évêque a aussi sollicité la prière de tous pour que bientôt le Saint-Père daigne nommer un évêque pour le diocèse de Kasongo, dans la province du Maniema. Mgr Sikuli en est l’administrateur apostolique depuis trois ans.

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.