Accéder au contenu principal

L'abbé Bavon Yuku, nouveau directeur du Centre Nganda de Kinshasa


La Chancellerie de l’Archidiocèse de Kinshasa informe la communauté ecclésiale kinoise que son Eminence Laurent Cardinal MOSENGWO PASINYA, Archevêque Métropolitain de Kinshasa, a signé sept décrets de nominations.


Les dites nominations concernent les prêtres et laïcs dont les noms suivent :
01. Abbé Georges NJILA, Recteur du Grand Séminaire de théologie Bienheureux Jean XXIII;
02. Abbé Espérance BOYINDOMBE, Curé de la paroisse Saint François et Curé doyen du Doyenné Saint François ;
03. Abbé Bavon YUKU, Directeur du Centre Catholique Nganda ;
04. Abbé Martin NDEFU, Aumônier de la légion de Marie ;
05. Abbé Julien YUNGA, Vicaire de la Paroisse Saint Albert ;
06. Mr Bonaventure NZALA, Directeur Adjoint du Centre Catholique Nganda ; 
07. Mr Didier MPUSA, Directeur Général de la RTCE ;
08. Mme Lily MOJU, Directrice des informations à la RTCE ;
09. Mr Pierre MASUMU, Directeur des programmes de la RTCE ;
10. Mr Grégoire MUNTUMOSI, Directeur de l’administration et des finances à la RTCE;
11. Rde Sœur Annie DZAMA, Directrice de Marketing à la RTCE. 

Fait à Kinshasa, le 14 mai 2012
Abbé Jean-Delly BOMONGO
Secrétaire Chancelier

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.