Accéder au contenu principal

Focolari : Mariapolis 2012 à Kinshasa


Le grand séminaire de philosophie saint André Kaggwa de l’archidiocèse de Kinshasa aura abrité, du 13 au 17 juillet, la « cité de Marie », la Mariapolis, comme disent les membres du mouvement des Focolari. Le mouvement a été fondé en 1943 à Trente, dans le nord d’Italie, par Chiara Lubich.
L’étudiante en philosophie cherchait la sagesse, mais sous les crépitements des balles de la première Guerre mondiale, elle découvre que le vrai abri, la vraie sagesse est en Dieu qu’aucune bombe ne peut détruire. C’est dans l’amour de Dieu en Jésus-Christ, qui a prêché l’amour et qui a légué son testament disant : « que tous soient un ».

Chiara Lubich est décédée en mars 2008, mais sa spiritualité s’est répandue dans le monde. Jusqu’en République démocratique du Congo.

Les membres du mouvement des Focolari sont aujourd’hui près de 2000 en RDC. 300 viennent de se rassembler à Kinshasa pour la Mariapolis 2012 comme ailleurs dans le monde, sous le thème unique : « Illuminer le monde avec l’évangile. » Ils ont prié ensemble, suivi des conférences  et ils ont échangé, en groupes, sur leur expérience de vie. 

Les Focolari sont de diverses origines et conditions de vie. Ils sont consacrés, prêtres, laïcs, hommes, femmes, jeunes et vieux.

Monsieur l’abbé Apollinaire Makaba est prêtre de l’archidiocèse de Kinshasa, curé de la paroisse Précieux sang. Depuis plusieurs années, il est aumônier du mouvement des Focolari. 

Le rassemblement de la mariapolis 2012 a reçu la visite de cinq évêques présents à Kinshasa pour les réunions de la conférence épiscopale du mois de juillet. Le samedi 14 juillet, le nonce apostolique, Mgr Adolfo Tito Yllana est allé au grand séminaire saint André Kaggwa saluer les membres du mouvement des Focolari. Il a expliqué à sa manière la Mariapolis, la cité de Marie. Le nonce apostolique a relevé le modèle de la Vierge Marie dans l’écoute et la pratique de la parole de Dieu. 



Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.