Accéder au contenu principal

L’institut séculier des Coopératrices Oblates Missionnaires de l’Immaculée s’enracine en RDC

La famille oblate en RDC s’est enrichie, le dimanche 22 juillet, d’un nouveau membre, dans l’Institut séculier des Coopératrices Oblates Missionnaires de l’Immaculée. Carmel Liliane Munoko a prononcé sa première profession temporaire lors d’une messe présidée dans la chapelle du scolasticat saint Eugène de Mazenod de Kinshasa-Kintambo par le supérieur provincial des missionnaires oblats de Marie Immaculée, le père Abel Nsolo.







Liliane Munoko s’est engagée pour une vie de chasteté, pauvreté et obéissance. Elle a reçu au doigt un anneau que lui a fait porter mademoiselle Ileana Chianici, conseillère générale de l’institut, venue de Rome représenter la présidente générale, Andreina Gambardella. Liliane Munoko, habillée, coiffée et maquillée comme une femme qui se marie, a reçu également, pour vivre, le livre des Constitutions et Règles de l’Institut séculier fondé en 1951 à Florence, en Italie, par le père oblat de Marie Immaculée Gaetano Liuzzo.



A l’homélie de la messe, le père Constant Kienge-Kienge, qui a prêché la retraite des membres de l’Institut, a expliqué combien toute vie consacrée plonge ses racines dans la l’engagement du baptême, et l'exprime avec une plus grande plénitude. Le père Kienge-Kienge a reconnu que le statut des membres des instituts séculiers est peu connu en RDC. Pour les femmes, en effet, la plupart hésitent entre le laïcat et la vie consacrée dans une congrégation religieuse. Il a relevé le défi porté par les instituts séculiers de vivre comme levain dans la pâte, dans la réalité du monde.



A la fin de la messe, la responsable en RDC, Giovanna Clemente, a souligné que les Coopératrices Oblates Missionnaires de l’Immaculée vivent simplement en imitant Marie de Nazareth, dans le service, dans la proximité avec le peuple, et dans le partage des conditions ordinaires de la vie. Elle a remercié les parents, amis et connaissance de Liliane Munoko, les religieuses et religieux et la vingtaine des prêtres, oblats de Marie Immaculée et autres, venus concélébrer à l’eucharistie.

Au tout début de cette messe, la chargée de la formation, Antonietta Mongio, a lu une notice biographique de Liliane Munoko relevant notamment qu’à trente-deux ans, elle est licienciée en philosophie de l’Université catholique du Congo et enseignante au grand séminaire de philosophie saint Augustin de Kalonda, au diocèse de Kenge, dans la province du Bandundu. Antonietta Mongio a aussi fait noter qu’avec l’engagement de Liliane Munoko, le charisme des Coopératrices Missionnaires de l’Immaculée s’enracine encore plus en RDC. Dans le sillage des missionnaires oblats de Marie Immaculée, l’institut créé en Italie et qui est déjà présent en Uruguay, a envoyé un premier membre en RDC en 2003, après un temps d'accompagnement à distance des jeunes. Jusqu’à maintenant, deux Congolaises ont déjà prononcé leur profession temporaire, et deux aspirantes viennent après la troisième, Liliane Munoko.




Le 14 juin dernier, le supérieur général des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée, le père Louis Lougen, en visite en RDC, a béni le nouveau bâtiment du centre de santé Siloé, géré par les Coopératrices Missionnaires de l’Immaculée. Situé depuis 2001 dans le quartier pauvre de la paroisse Christ Sauveur dans la commune de Bumbu, ce centre reçoit en moyenne par an 700 cas de malades, enfants mal nourris et des femmes pour l’accouchement. 


















Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.