Accéder au contenu principal

Kinshasa : Cinquante ans du carmel du glorieux saint Joseph


Sa Sainteté le Pape Benoît XVI a adressé, le dimanche 26 août, une bénédiction apostolique spéciale au carmel du glorieux saint Joseph de Kinshasa qui célébrait ces cinquante ans d’existence. L’archevêque de Kinshasa a remis le brevet de la bénédiction à Mère Rosalie Mbalayi, prieure du monastère. Le cardinal Laurent Monsengwo clôturait ainsi la messe présidée dans la chapelle du monastère à l’occasion du jubilé d’or.
Il a remercié les sœurs carmélites spécialement pour leurs prières et leur place dans l’archidiocèse.

Le monastère des sœurs carmélites a été fondé le 24 août 1962 à la demande de l’archevêque d’alors, Mgr Félix Scalais. Il voulait, dans la capitale congolaise, un haut-lieu de prière, de recueillement, de contemplation. Il voulait une communauté de sœurs qui prient pour les agents pastoraux, mais aussi un lieu où les agents pastoraux et d’autres iraient se recueillir, se replonger dans le Seigneur, se concentrer sur l’essentiel, le Christ Jésus.

A l’homélie de la messe du vingt-et-unième dimanche du Temps ordinaire, le cardinal Monsengwo a reconnu la foi des religieuses.

Une vingtaine de prêtres dont des carmes déchaux, des religieuses et religieux, des laïcs amis du carmel se sont associés à la célébration du jubilé d’or du monastère du glorieux saint Joseph. Sœur Rosalie Mbalayi a remercié les uns et les autres. Elle a renouvelé la promesse de tenir la place d’un monastère au cœur de l’Eglise de Kinshasa.



















Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.