Accéder au contenu principal

Diocèse de Manono : inauguration de l’église paroissiale sainte Rita du village Mbayo



L’évêque de Manono, dans la province du Katanga, Mgr Vincent de Paul Kwanga, a inauguré, le 23 septembre dernier, la toute nouvelle église de son diocèse, l’église de la paroisse sainte Rita dans le village Mbayo. Une vingtaine de prêtres ont concélébré. Ils sont venus de différentes paroisses du diocèse de Manono mais aussi des diocèses de Kongolo et de Kolwezi et de l’archidiocèse de Lubumbashi dans la province du Katanga et même du diocèse de Kikwit dans la lointaine province du Bandundu.
Dans l’assemblée, les nombreux fidèles sont venus des quatre coins du diocèse et d’ailleurs. Un moine, le frère Pius Kintu Ponsiano est venu de l’Ouganda.
L’assemblée comptait des catholiques, bien sûr, mais également des membres des autres confessions religieuses chrétiennes de Mbayo. La construction de l’église paroissiale sainte Rita a bénéficié de la contribution de tous, puisque toute la population considère que cette maison de Dieu dans le village Mbayo est une maison pour tous.
L’évêque de Manono a procédé la veille, samedi 22 septembre, à l’ordination diaconale de cinq grands séminaristes. Mgr Vincent de Paul Kwanga a également conféré le sacrement de baptême et de confirmation, il a reçu des enfants à la première communion et béni un mariage. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.