Accéder au contenu principal

Noël 2012 à Goma, Kinshasa, Idiofa et Inongo

Au diocèse de Goma, dans la province du Nord-Kivu, Mgr Théophile Kaboy a célébré la Noël dans quatre églises paroissiales se trouvant sous contrôle du mouvement rebelle du M 23. Après avoir averti les autorités gouvernementales et les chefs du mouvement rebelle, Mgr Kaboy a célébré l’eucharistie de Noël les 24 et 25 décembre à Rutshuru, à Rugari, à Kiwanja et à Jomba. Partout, il a exhorté les fidèles à tenir bon dans la foi à l’égard du Prince de la paix.
C’était l’occasion pour le pasteur de Goma de manifester la compassion et la solidarité de l’Eglise en ce temps de guerre. Rencontrant les catéchistes et animateurs pastoraux, enseignants et responsables de mouvements catholiques, Mgr Théophile Kaboy a transmis les messages de compassion et de solidarité du Saint-Père et de la Conférence épiscopale. Mgr Kaboy a également visité les camps des déplacés de guerre autour de Goma. Ils sont dans la précarité, ils manquent de nourriture et de médicaments, mais ils sont en outre victimes de bandits et des pillards.
Le cardinal Laurent Monsengwo a présidé la messe de la Nuit de Noël dans la cathédrale Notre-Dame du Congo à Kinshasa. A l’homélie, il a souligné l’importance de la paix dans une RDC en guerre. La paix est un don de Dieu mais aussi une œuvre de l’homme, a expliqué l’archevêque de Kinshasa. Et il a rappelé le Message du Saint-Père pour la Journée mondiale de la paix, le 1er janvier 2013, rappelant que « la paix est la promotion du bien commun dans la solidarité et le partage ; dans la protection de la vie en plénitude, la promotion de la liberté de chacun et de tous, dans l’instauration d’une économie de la loyauté et de la réciprocité et pas seulement du seul profit et de la compétitivité, dans la sollicitude de la sécurité alimentaire de tous, dans la non-prolifération des armes légères, paix dans le respect des droits et des obligations de toute personne, sans que l’on invente de faux droits et devoirs, et dans la justice et la vérité ».
Le cardinal Laurent Monsengwo a également rappelé que l’année 2013 est l’année de la foi et de la nouvelle évangélisation, selon le vœu du Saint-Père. Dans l’archidiocèse de Kinshasa l’année sera également une année du jubilé à l’occasion de la célébration des cinquante dans de sacerdoce de l’archevêque. Du 21 décembre 2012 au 21 décembre 2013 se déroule ainsi une année spéciale de rémission de péchés, de grâce et de pardon, de vie intense de la foi dans le diocèse, par la vie sacramentelle et la vie de charité, de justice, de paix, de vérité et de conversion au Seigneur.
Dans la cathédrale saint Kizito d’Idiofa, dans la province du Bandundu, à Noël, Mgr Joseph Moko a dit que fêter Noël, accueillir l’enfant de Dieu dans notre vie, assure une joie plus grande que celle qu’apporte la naissance d’un enfant dans la culture africaine. En cette année de la foi, je vous convie à regarder l’événement de Noël avec le regard même de Dieu, a exhorté Mgr Moko en posant comme un examen de conscience : Cette nuit même, sous la violence des armes et le déplacement des populations, il y aura peut-être des femmes qui accoucheront dans les conditions précaires qu’avait connues Marie. Comment taire nos propres égoïsmes et notre volonté de réussir au détriment des autres ? Comment ne pas regretter la paresse, l’immobilisme, la passivité, qui caractérisent beaucoup d’entre nous et beaucoup de nos communautés ? a demandé l’évêque d’Idiofa.
Au diocèse d’Inongo, dans la même province du Bandundu, dans son message de Noël, Mgr Philippe Nkiere,  souhaite en cette « année de la foi » paix et espérance en Celui qui, par amour pour nous, a voulu naître comme un enfant de notre terre ! Qu’Il nous révèle le sens profond de sa proximité inédite et scandaleuse avec les exclus. Qu’Il nous apprenne à respecter, à aimer et à défendre les innombrables silencieux et faibles de notre société. Qu’Il fasse de nous des bâtisseurs d’une « nouvelle civilisation », celle d’une radicale fraternité entre tous les humains de cette terre. L’évêque d’Inongo a proposé que pour les festivités de Noël et de Nouvel An, chaque paroisse organise une fête pour les handicapés, les prisonniers, les épileptiques, les orphelins…etc.

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.