Accéder au contenu principal

Les confessions religieuses recommandent de changer le modèle de la Commission Electorale Nationale Indépendante


 
Les chefs des confessions religieuses de la RDC demandent que la future Commission Electorale Indépendante soit constituée uniquement d’experts apolitiques. Des représentants des Eglises catholique, protestante, orthodoxe, kimbanguiste, des Eglises de réveil et des Eglises indépendantes ainsi que de la communauté islamique ont présenté ce point de vue lors d’une conférence de presse tenue le vendredi 1er février au siège du Secrétariat général de l’Eglise du Christ du Congo, la Fédération des Eglises protestantes, à Kinshasa-Gombe.

La Loi sur la Commission Electorale Indépendante révisée par les deux chambres du Parlement, l’Assemblée Nationale et le Sénat, a été soumise au Président de la République pour promulgation. En attendant, les confessions religieuses estiment que le texte proposé ne présente pas d’avancée significative par rapport au précédent. Les confessions religieuses rappellent qu’en 2011, une vive tension postélectorale a marqué le pays et imposait la révision de la composition et de l’action de la Commission électorale, le CENI.
Soucieuses de la stabilité et de la paix, les confessions religieuses élèvent donc la voix dans le but de rendre la CENI plus crédible grâce à des membres compétents et professionnels. Que ces membres soient uniquement des experts apolitiques. Mais les confessions religieuses proposent qu’à défaut de ce modèle, les 13 membres prévus pour le Bureau proviennent pour 6 des Forces vives de la Nation, c’est-à-dire de la Société civile dans sa diversité, et que 7 viennent des partis politiques, soit 4 de la Majorité et 3 de l’Opposition.
Les confessions religieuses demandent, enfin, que soit renforcée, déjà dans la Loi, le rôle de la Plénière pour assurer un réel contrôle sur le Bureau de la Commission électorale.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Des églises en construction dans les diocèses de Tshumbe et de Mahagi-Nioka

Sept nouvelles églises paroissiales sont en construction dans le diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. L’évêque de Tshumbe, Mgr Nicolas Djomo, annonce la nouvelle en saluant l’effort fourni par le peuple de Dieu et particulièrement par des prêtres qui mettent à contribution des amis et bienfaiteurs. L’église saint Louis de Wembonyama est en phase de finition. Le presbytère suivra bientôt. Suivront aussi les églises paroissiales de Wembe St Pierre et Songo St Jean à Tshumbe, puis St Mathieu à Lodja Cité et la dernière à l’Université Notre-Dame de Tshumbe.