Accéder au contenu principal

Benoît XVI et la jeune fille

 Dans le taxi qui nous mène vers la commune de Kintambo, à Kinshasa, le samedi 9 mars 2013, ma voisine de gauche, affichant une vingtaine d’années, a ajouté à ses lèvres une nouvelle couche de rouge. Puis de la poudre sur le front, les pommettes, le menton, le cou, bref tout le visage. Et de son appareil de téléphone, elle s’est photographiée. Elle a esquissé un large sourire…

Elle ne s’est peut-être pas rendu compte de mon attention. Sous mes yeux, un livre de philosophie était ouvert : Le principe de non-violence. Une philosophie de la paix. La page portait : « Hegel et l’apologie de la guerre. » De quoi ne pas attirer un regard curieux dans un taxi !
Mais dans le livre, j’avais pour signet une carte postale. L’image montre le pape Benoît XVI tenant une croix.
A ma grande surprise, ma voisine de gauche, qui avait fini d’ajuster sa beauté, m’engagea dans une conversation, en langue lingala.

  • -          Papa, excuses ! Est-ce lui qui a démissionné ?
  • -          Oui, c’est le pape Benoît.
  • -          Pourquoi a-t-il démissionné ?
  • -          Il a dit qu’il est fatigué, vu son grand âge.
  • -          Il est fatigué parce qu’il doit beaucoup réfléchir sur les problèmes des autres prêtres…
  • -          Des autres prêtres et de tous les autres catholiques. Ils sont très nombreux dans le monde entier.
  • -          On dit qu’il veut se marier…
  • -          Je ne l’ai pas appris. Je pense qu’il doit être difficile de vouloir se marier à son âge, à plus de quatre-vingt-cinq ans.
  • -          On dit qu’il a eu des enfants en cachette.
  • -          Je ne l’ai jamais entendu.
  • -          On dit que Dieu lui parlait.
  • -          Oui. Dieu peut vous parler à vous aussi.
  • -          Mais on dit qu’à lui, Dieu parlait spécialement.
  • -          Oui. C’est comme à un père ou à une mère de famille. Dieu leur parle aussi spécialement.
  • -          Et on dit que lui, il pensait beaucoup parce que Dieu lui parlait beaucoup.
  • -          Oui. Un père ou une mère de famille doit beaucoup penser. Dans la prière, Dieu leur parle à eux et aux enfants. Mais après la prière, les parents doivent encore beaucoup penser à l’avenir de toute la famille. Le pape aussi.
  • -          Et il a dit qu’il est trop fatigué pour continuer à beaucoup penser !
  • -          L’ancien Premier ministre Antoine Gizenga a aussi démissionné en disant qu’il était trop âgé.
  • -          Lui aussi pensait beaucoup ?
  • -          Oui. Un Premier ministre pense beaucoup.
  • -          Et Gizenga est très vieux aussi.
  • -          Oui. Plus de quatre-vingts ans. Beaucoup de choses changent avec l’âge. On continue à penser, mais on ne peut plus faire certaines choses qu’on voudrait. Danser comme pendant sa jeunesse, par exemple.
  • -          Vous avez raison.
  • -          Est-ce que vous dansez vous-même ?
  • -          Je chante seulement.
  • -          Avec l’âge, cela va changer.
  • -          Oui. Oui. Je commence à y penser.

J’ai demandé à quitter le taxi. Parce que le chauffeur a changé de route pour éviter un bouchon à l’entrée de la commune de Kintambo.

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.